Mac4Ever Refurb Guide d'achat Apple - Des conseils sur toute la gamme Apple Débuter sur Mac
Tuto : monter un Hackintosh "pro" en 2017 : Thunderbolt 3, GeForce 1080Ti et Kaby-Lake !
Actu Dossiers Forum Photos/Podcasts Petites Annonces V.I.P.
2889 connectés

Tuto : monter un Hackintosh "pro" en 2017 : Thunderbolt 3, GeForce 1080Ti et Kaby-Lake !

Le 31/05/2017 à 18h05
Article mis à jour le 23/07/2017 (avec macOS 10.12.6, Kaby-Lake et de nouvelles références de carte-mères)

Et s'il était temps de s'intéresser plus sérieusement au hackintosh ? Ce qui s'apparentait hier à du bricolage de haut vol devient désormais accessible au plus grand nombre : les outils sont plus simples et les tutoriels nombreux. Devant l'absence de machines professionnelles cohérentes avant 2018/2019, le phénomène intéresse désormais bien au delà des bidouilleurs du dimanche, à tel point que l'on peut commencer à parler de vraie alternative et même de solution viable en entreprise. Alors, on se le monte ce Mac Pro 2017 ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous présente le projet mais je réponds aussi à vos questions... en vidéo !





Pourquoi un Hackintosh ?


Je ne pensais pas un jour écrire ce genre d'article sur Mac4Ever, et pour cause : avoir un Mac a toujours été synonyme de simplicité et de design, deux qualités qu'on ne retrouve pas vraiment sur ces grosses tours montées à la main que nous allons pourtant détailler dans ce tutoriel.



La création d'un Hackintosh -c'est à dire, installer macOS sur PC- a longtemps été un sport de bidouilleurs qui aboutissait à des ordinateurs pas forcément très stables et compliqués à mettre à jour. Mais depuis quelques années, les outils se sont considérablement améliorés, et l'on trouve désormais suffisamment de documentation pour se lancer dans l'aventure sans crainte de ne pas arriver au bout.

N'oublions pas non plus qu'un Hackintosh reste un PC, et que l'on peut aussi bénéficier de tous les jeux, applications et programmes du monde Windows. Certains ont d'ailleurs déjà franchi le pas depuis longtemps, et en 2012, nous avions justement rédigé un dossier complet intitulé « Et si on se montait un gros PC de gamer ? » pour compenser les faiblesses de macOS dans ce domaine. En fait, Mac et PC ont toujours cohabité, mais l'enjeu est aujourd'hui de les placer sur le même hardware !

C'est légal ?

L'un des volets du « problème » concerne bien évidemment la légalité de l'opération. Techniquement, rien n'empêche de faire tourner un logiciel sur du hardware adapté, et d'ailleurs, la loi française est plutôt floue sur le sujet. Du côté d'Apple, en revanche, la licence de macOS interdit explicitement une installation en dehors de machines siglées d'une Pomme pour une raison évidente : macOS étant gratuit, Apple ne touche plus grand chose si l'on n'achète pas d'ordinateur chez eux.



Pourtant, depuis 4/5 ans, la firme de Cupertino semble regarder le phénomène hackintosh avec beaucoup de bienveillance (ou de laisser-faire). De nombreux sites américains emblématiques (comme 9to5 ou ArsTechnica) proposent désormais des tutos détaillés et les répertoires d'outils (comme TonyMacx86) n'ont apparemment reçu aucune plainte de leurs avocats, ce qui n'était pas le cas lorsque Mac OS X a basculé sur Intel (certains confrères s'en souviennent...). Depuis, les choses ont bien évolué, et l'on voit même des constructeurs de périphériques vendre officiellement des appareils (cartes WiFi, GPU...) compatibles avec ces machines, le plus emblématique étant Nvidia dont les « pilotes web » ont été créés à dessein (même si le constructeur n'osera jamais l'avouer explicitement devant la presse).



Est-ce qu'Apple a décidé de laisser les bidouilleur s'amuser ? C'est probable, d'autant que les ventes de Mac sont plutôt bonnes, et que le phénomène reste pour le moment marginal. Si la procédure était trop simple et si les ventes s'en trouvaient impactées, vous pouvez être certain que la réaction serait bien différente. En fait, Apple ne sort les crocs que lorsque certains s'enrichissent sur son dos, comme les revendeurs qui ont pré-installé macOS sur des ordinateurs bien spécifiques, comme l'on prouvé Psystar (ci-dessus) et d'autres sociétés ces dernières années.

Objectif : un Hackintosh vraiment "pro" taillé pour 2017

Mais comment en est-on arrivé là ? Apple le sait, et elle en a même assumée partiellement la responsabilité il y a quelques semaines, en s'excusant d'avoir totalement raté le coche en 2013. L'arrivée du Mac Pro Tube a en effet écarté de nombreux professionnels du Mac. Certains ont même préféré booster leurs vieilles machines plutôt que d'acheter le nouveau modèle ultra-fermé et non-évolutif vendu à prix d'or... D'autres, moins patients (et un peu agacés) sont repassés sous Windows, souvent en quittant des outils emblématiques comme Final Cut Pro. Quant au reste de la gamme, le constat est tout aussi alarmant : l'iMac n'a pas bougé depuis 2015 (toujours pas de Thunderbolt 3 ni d'USB C), et le Mac mini semble littéralement abandonné à son sort. Seuls les portables -les plus vendus- méritent encore un peu d'attention, mais à quel prix !



Dans ce tutoriel, l'idée est donc de compenser les faiblesses de la gamme et de créer un Mac Pro 2017 avec des composants récents et suffisamment puissants pour convenir à des professionnels exigeants. Parmi nos pré-requis, nous voulions pouvoir installer le GPU le plus rapide du moment (la GeForce 1080Ti / Titan Xp), le Core i7 le plus puissant d'Intel (en socket 1151), avoir des ports Thunderbolt fonctionnels et cerise sur le gâteau, pouvoir utiliser un écran 4k en USB C, comme l'UltraFine de LG. (Pour les écrans 5k en Thunderbolt 3, il y a des limitations, on y reviendra plus bas).

Avant de vous proposer ce dossier, nous avons évidemment pris le temps de créer une machine fonctionnelle et suffisamment stable pour rédiger ce pas-à-pas détaillé, qui va de l'achat des composants jusqu'à la fin de l'installation.

Prenez des gants !

Avant de vous lancer dans l'aventure, et malgré nos conseils avisés, il faut bien garder à l'esprit que ce montage reste à vos risques et périls quant à la pérennité et la stabilité de la configuration. Rien ne vous garantit qu'Apple ne bloquera pas un jour où l'autre la pratique, ou que certains pilotes/programmes continueront de fonctionner avec les prochaines mises à jour de macOS. Je vous déconseille d'ailleurs de penser qu'un Hackintosh peut remplacer totalement votre machine de production ou votre ordinateur principal -même si certains ont franchi le pas. Imaginez devoir passer 2 ou 3 jours entiers à tenter de réparer un pilote ou à réinstaller un OS après une mise à jour défaillante... ce n'est pas si rare avec les hackintosh ! Le risque de perdre ses données est aussi à prendre en compte sur du hardware non-officiel.



Néanmoins, inutile d'être trop alarmiste, certains ont des Hackintosh depuis plusieurs années et avec un peu de bon sens, des sauvegardes régulières et de la méthode, on obtient facilement une configuration très stables. Il est assez facile de limiter le risque si l'on est capable de vivre quelques mois sans avoir les dernières mises à jour par exemple. Chez les pros, on a déjà l'habitude de « figer » des configurations, et il faudra se montrer encore plus exigeant avec les hackintosh, où chaque nouveau composant -hardware comme software- peut représenter un danger.

Quelques limitations à savoir (Thunderbolt, USB, installations...)

Malgré toute la bienveillance de ce test et vos recherches épiques sur les forums, certaines limitations resteront de mise sur votre hackintosh. J'insiste sur ces éléments qui pourraient en refroidir plus d'un avant de passer à l'acte, car pour la plupart de ces « problèmes », il n'existe pas toujours de solution.

Le plus gros point noir après plusieurs semaines d'utilisation, c'est la gestion des ports. En effet, malgré la présence de pilotes adaptés et une installation en règle, un hackintosh ne s'utilise pas exactement comme un Mac « certifié ». Par exemple, le Thunderbolt ne pourra pas être branché à chaud. Si vous avez un disque, un dock ou même un écran, le simple fait de le connecter/déconnecter fera planter la machine. A l'usage, on s'y fait, mais avouez que c'est un peu pénible...



L'adaptateur Thunderbolt 2 vers Thunderbolt 3 fonctionne globalement très bien mais mais on n'a pas réussi à faire fonctionner certaines choses, comme activer le mode cible avec un ancien MacBook Pro Retina Thunderbolt 2.

Le son (voir plus bas) peut devenir un vrai casse-tête si vous souhaitez absolument utiliser les entrées/sorties analogiques. Sur une de nos cartes, nous ne sommes jamais arrivés à l'activer. Dans la configuration proposée, tout fonctionne (ouf !) mais nous avons vu des forums avec la même carte-mère où certains utilisateurs y avaient laissé des plumes... Heureusement, le son via USB (avec un dock ou un adaptateur jack) fonctionne très bien dans presque 100% des cas.

La mise en veille peut également poser des problèmes : certains ports ne se réactivent pas, ou l'écran ne se rallume jamais. Généralement, il faut redémarrer ! La meilleure parade reste de laisser la machine allumée et de l'éteindre le soir, ce qui peut convenir pour une station de travail, un peu moins pour un Mac personnel.



Toujours côté vidéo, notre configuration ne permet pas (encore) de sortir proprement sur des écrans 5k Thunderbolt 3. La limitation est liée à l'entrée DisplayPort 1.2 de notre carte-mère qui ne peut dépasser de la 4k@60Hz, seule solution pour injecter le flux vidéo de la GeForce dans le Thunderbolt 3. On pourra donc utiliser l'écran LG 5K Ultrafine, mais à une résolution inférieure et une qualité forcément un peu dégradée. Sachez qu'entre-temps, nous avons peut-être trouvé une solution à cette problématique, et nous mettrons à jour ce test si l'on y arrive !

Sur le plan logiciel (on y reviendra plus bas), tout ne fonctionnera pas forcément très bien, notamment dès qu'il est question du bluetooth (Handoff, etc..). Pour certains de ces fonctions dépendantes d'un service en ligne, Apple valide la machine (iMessage, iCloud, Mac App Store) et il est parfois assez difficile (voire impossible) de les faire fonctionner. Dans notre cas, nous avons pratiquement réussi à tout activer (voir plus bas), y compris handoff ou encore AirDrop, tout comme iMessage ou les services iCloud. Mais certains ont eu un peu moins de chance que nous !

Enfin, le plus stressant, ce sont les installations, y compris pour du matériel tiers : à partir du moment où vous redémarrez avec de nouvelles extensions ou un nouvel OS, vous savez que votre Mac pourrait planter à l'allumage. Voilà qui implique donc de la méthode dans les migrations (notamment en matière de sauvegardes), des habitudes qui peuvent paraitre contraignantes pour certains utilisateurs, habitués à le simplicité légendaire du Mac.

Vous êtes encore là ? Tant mieux, car il faudra rester concentré pour la suite !


Le choix des composants


macOS ne s'installe que sur un nombre réduit de composants, ceux qui ont été testés et approuvés par Apple, puis intégré dans les Mac. Dès lors, utiliser du hardware alternatif est toujours risqué, surtout si vous ne parvenez pas à trouver les bons pilotes ! Dans la pratique, le système d'Apple est finalement assez permissif ! Il faut dire que l'architecture Intel rassemble aujourd'hui de nombreux contrôleurs que l'on retrouve sur la quasi-totalité des PC. Le problème vient surtout des petits accessoires tiers, pourtant indispensables : la carte WiFi, le réseau, le bluetooth, le son, le Thunderbolt, l'USB 3.1... Et là, installer le bon pilote peut parfois virer au cauchemar, surtout s'il n'existe pas du tout !



Cette étape est donc essentielle, pour ne pas dire capitale pour la suite des événements. Si vous ne souhaitez pas créer la même machine que nous -ou dévier un peu la configuration- n'oubliez pas de chercher sur Google des personnes qui sont arrivées au bout avec la même carte-mère, le même CPU ou les mêmes puces WiFi/Bluetooth que vous. Attention aussi aux mauvaises combinaisons : certaines cartes-mères (testées) couplées à des générations différentes de CPU ou de GPU peuvent parfois ne pas fonctionner ou nécessiter des ajustements.

Dans la suite de ce dossier, nous allons donc vous donner des indications générales pour choisir vos composants, mais aussi une configuration complète (et précise) que l'on a testée et qui fonctionne lors de nos tests, et avec la procédure complète d'installation.

La carte-mère

La carte-mère est le composant essentiel de votre Hackintosh, sur lequel il ne faut pas se planter. Quel format choisir (ATX, mini-ITX...) ? Quel socket ? De quel type de ports ai-je besoin ? A-t-elle l'USB C ? Le Thunderbolt ? L'USB 3.1 ? Quelle puce pour le son ? Combien de PCIe ?

Si de nombreuses cartes-mère se montrent finalement « compatibles », le plus sûr est d'opter pour un modèle Gigabyte. Ces dernières sont les plus documentées et les plus testées sur le web, même si beaucoup y arrivent aussi avec celles de la marque MSI. Notre dossier étant axé sur une machine professionnelle, on privilégiera les modèles dits ATX (grand format) qui permettent d'y placer de nombreux composants (GPU, WiFi, disques durs etc.).

Pour le socket -c'est à dire, le connecteur sur lequel viendra se placer le processeur- il est impératif de prendre un modèle « 1151 », qui accepte à la fois les CPU Skylake (6e génération) et Kaby-Lake (7e). Ne basculez pas chez AMD, ces puces ne sont pas reconnues par macOS !



Le choix des ports a également son importance : regardez bien le nombre de prises USB, et USB 3 ! Certains modèles prennent également en charge l'USB C, l'USB 3.1, le SATA, le m.2, le NVME et même le Thunderbolt ! Généralement, la plupart des carte-mères proposent 2 ou 3 ports PCIe, afin d'y placer un ou plusieurs GPU. N'oubliez pas non plus que des cartes d'extension (carte son, carte WiFi, carte réseau...) ont besoin de ces ports pour fonctionner : les cartes mini-ITX (format « Mac mini ») sont donc assez restrictives, et nécessiteront par exemple d'utiliser plutôt des accessoires USB. Enfin, ne faites pas trop attention aux ports vidéo (HDMI, DP etc.) de la carte-mère, ces derniers n'étant utilisés que par le GPU interne : si vous achetez une GeForce ou une Radeon, il faudra de toute façon brancher votre moniteur directement sur la carte.



Pour notre configuration, nous avons placé la barre très haut, en souhaitant une compatibilité parfaite avec le Thunderbolt 3, mais surtout, la possibilité de brancher des écrans USB C en 4K ! Pour cela, il nous fallait donc une carte certifiée Thunderbolt 3, mais surtout, qui propose une entrée vidéo pour le GPU externe. En effet, aucune carte graphique du marché ne fonctionne en USB C/Thunderbolt 3 directement et si vous voulez pouvoir exploiter ce type d'écran, il faut que le flux vidéo soit réinjecté sur la carte-mère, puis ressorti sur le Thunderbolt 3.

Si votre budget est limité, vous pouvez choisir parmi tous les modèles « Z170X » de Gigabyte (qui démarrent autour de 160€), à moduler en fonction des ports et des technologies prises en charge. Et là, la facture grimpe vite : pour avoir du Thunderbolt, il faut souvent dépenser plus de 200€ !

Notre choix s'est donc porté sur le modèle Gigabyte GA-Z170X-Designare (Materiel.net, Amazon), une carte-mère extrêmement polyvalente car elle possède :

- une certification Intel Thunderbolt 3
- 2 ports Thunderbolt/USB 3.1 Type C
- des ports USB en pagaille
- deux prises réseau
- ports M.2/NVME (SSD)
- 6 prises SATA (disques durs)
- une entrée vidéo (miniDP) pour le GPU externe
- 4 ports pour la DDR4 (RAM)
- la prise en charge du SLI et du Crossfire (multi-GPU)
- 3 ports PCIE (x16, x8 et x4)
Toutes les spécifications ici


MAJ : 07/2017 : la Gigabyte GA-Z170X-Designare étant en fin de vie, elle est difficile à trouver. A la place, vous pouvez opter pour la GA-Z170X-Ultra Gaming (materiel.net, amazon). Nous ne l'avons pas testée, mais elle possède des caractéristiques très proches de la Designare et la configuration du BIOS devrait être normalement identique. N'hésitez pas à nous donner votre feedback dans les réactions !

Notre choix : Gigabyte GA-Z170X-Designare (Materiel.net, Amazon)
Alternative (07/2017) : GA-Z170X-Ultra Gaming (materiel.net, amazon)
Alternative : toute la série des Gigabyte GA-Z170 (Gaming, UD etc.) à partir de 160€

A noter que nous avons également testé le modèle Gigabyte GA-Z270X-UD5 (materiel.net, amazon) -avec Thunderbolt 3 mais ce dernier ne permet pas de sortir le GPU externe sur une prise USB C. Par ailleurs, cette carte étant plus récente, elle est aussi moins documentée (Nous sommes quand-même parvenus à installer macOS Sierra et à faire fonctionner 90% des composants assez rapidement).

MAJ : 07/2017 : si votre carte n'a pas d'entrée GPU, vous pouvez acheter la carte Alpine Ridge 1.0 : elle est assez difficile à trouver, mais elle permet de faire entrer le GPU sur la carte et de sorti du Thunderbolt 3. Malheureusement, impossible de faire fonctionner l'écran LG UltraFine 5k, malgré les deux entrées DisplayPort 1.2.


Le CPU

Le choix du processeur est beaucoup plus simple ! Sur notre socket (1151), on peut donc opter pour tous les Core i5/i7 Skylake (6e génération) du marché. Le plus intéressant pour un "Mac Pro" est sans doute un Core i7 quadri-coeur, comme le Core i7 6700K à 4Ghz (materiel.net, amazon). Il est reconnu par macOS nativement et Skylake est parfaitement pris en charge sur Mac. Vous pouvez opter pour la version débloquée (avec le « K » - 6700K) qui permet de pousser un peu la fréquence.

De notre côté, nous avons opté pour le Core i7 7700K Kaby-Lake (Materiel.net, Amazon), dont la fréquence est plus élevée (4.2Ghz) et dont l'architecture est un peu plus récente. A noter que Kaby-Lake nécessite macOS 10.12.6 minimum pour fonctionner normalement.

Notre choix : Core i7 6700K à 4Ghz (materiel.net, amazon)
Notre choix No2 : Intel Core i7 7700K (Materiel.net, Amazon)

Alternative : tous les core i5/i7 Skylake/Kaby-Lake (à partir de 200€ pour un bon Core i5)

Le ventirad

Le ventirad désigne le système de refroidissement du CPU. Vous pouvez utiliser celui fourni par Intel (attention, il n'est pas toujours dans la boite !) ou opter pour un modèle plus efficace. Généralement, un bon radiateur couplé à un ventilateur se montre très efficace, mais vous pouvez aussi tenter du watercooling (plus cher et plus galère à installer).

A vous de voir, mais celui proposé par Intel est généralement bruyant et peu efficace. Notre modèle (ci-dessous) prend un peu de place dans le boitier mais il est très silencieux !

Notre choix : be quiet! Pure Rock (materiel.net, amazon)
Alternatives : un ventirad fourni par Intel, et tous les ventirads tiers adaptés à votre CPU

La carte graphique (GPU)

Le choix du GPU ne doit pas être fait à la va-vite car il représente souvent 30 à 50% du budget ! C'est également la carte graphique qui motive généralement la création du Hackintosh : inutile, donc, d'opter pour un modèle de base, à peine plus puissant que le GPU intégré au processeur. Comptez au moins 300€ pour un modèle qui en vaille la peine (jeux, 2D/3D, OpenCL, OpenGL...) et jusqu'à 1000€ pour les plus performants.



Même si Apple est maquée avec AMD depuis des années, on vous conseille d'opter pour un GPU NVidia de la série 10x0 (1050, 1060, 1070, 1080, Titan...). Il s'agit en effet des cartes les plus rapides du marché, et surtout, elles sont officiellement compatibles avec macOS depuis avril 2017. A l'heure où nous écrivons ces lignes, les pilotes sont encore en beta, mais Nvidia a promis de les faire évoluer rapidement.

Vous pouvez évidemment choisir un modèle AMD, comme la RX580 (milieu de gamme), mais les pilotes ne sont pas fournis directement par AMD et il faut encore aller les bidouiller pour que ça marche. MAJ : depuis macOS 10.12.6, les Radeon RX580 sont officiellement prises en charge, sans bidouille.

A noter que les prochaines cartes AMD Vega (attendues durant l'été 2017) devrait enfin concurrencer sérieusement les modèles Nvidia. Si vous faites uniquement du Final Cut Pro (où les GPU AMD sont bien plus optimisés), cela peut valoir le coup d'attendre (en espérant que les pilotes seront compatibles).

Notre choix : MSI GeForce GTX 1080 Ti Gaming X - 11 Go (materiel.net, amazon)
Alternatives : 1050, 1060, 1070, 1080, Titan XP (Radeon RX480/580 -Materiel.net / Amazon- 10.12.6 minimum)

Le WiFi/Bluetooth

Les cartes WiFi/Bluetooth compatibles sont extrêmement rares, il n'y a que quelques modèles qui fonctionnent. Dans ses Mac, Apple n'utilise que des puces Broadcom, les seules à avoir un pilote intégré dans macOS. Le plus simple est donc... d'acheter une carte compatible. Pour le bluetooth, c'est même encore plus compliqué de trouver la puce adéquat !

Notre choix :

- WiFi uniquement (AC) : TP-Link Archer T9E (materiel.net - amazon)
- WiFi et Bluetooth : ABWB 802.11AC

Si vous avez opté pour un petit boitier ou une carte-mère avec peu de slots PCIe, sachez qu'il existe des modèles USB officiels tout aussi efficaces, comme cette clef vendue par MacWay.

Le boitier

La « tour » que vous choisirez n'a pas beaucoup d'importance, la plupart se ressemblent et obéissent à des codes bien précis. Evidemment, sur une machine professionnelle, on privilégiera les modèles ATX et les boitiers de grande taille, qui permettent aussi d'avoir des machines plus silencieuses et mieux ventilées. Pour le reste, libre à vous de choisir en fonction de la position des ports, du nombre d'espaces pour les disques, des diodes bien « jacky », des vitres en plexi et autres coquetteries.

Attention à ne pas prendre un modèle trop basique (avec un seul ventilateur par exemple) ou de mauvaise qualité, car vous allez passer du temps à bidouiller dans le boitier ! Certaines marques (comme Fractal Design) sont plébiscitées par les amateurs de produits bien finis.

Notre choix : bequiet! Silent Base 800 (Materiel.net - amazon)
Alternatives : tous les modèles ATX du marché de taille medium ou XL

L'alimentation

Contrairement aux boitiers, le choix de l'alimentation demande de la dextérité. Quelle puissance ? Quelle marque ? Quel prix ?

D'expérience, les modèles d'entrée de gamme (sous les 40€) sont à éviter : si elle ne vous lâchent pas dans les 6 mois, leur tension n'est souvent pas très stable et risque d'endommager les composants. Privilégiez les grandes marques (Corsair, BeQiet!, Seasonic, EVGA...) mais ne mettez pas plus de 80€ !

Enfin, côté puissance, comptez environ 250W par GPU, 100W par CPU et au moins 100W pour le reste des composants. Cela nous donne un minimum de 500W pour une configuration « Pro » avec un gros GPU et un Core i7. Je vous conseille même d'opter pour 600/700W, ce qui vous donne un peu de marge si vous comptez rajouter un second GPU d'ici quelques mois.

Notre choix : Corsair VS650 650W (materiel.net - amazon)
Alternatives : grandes marques, 500W minimum, >40€

Les disques / SSD

En 2017, ne faites pas l'impasse sur les SSD. Les modèles SATA offrent le meilleur rapport qualité/prix aujourd'hui ! Vous pouvez y rajouter des disques à plateaux pour les sauvegardes ou les fichiers « froids ». Si votre carte accepte les connecteurs M.2 et NVME, vous pouvez tenter l'aventure, mais attention, macOS est parfois un peu capricieux ! Souhaitant une machine stable et un minimum éprouvée, nous n'avons pas encore souhaité l'installation de ces modèles pour le disque principal, mais d'autres ont réussi : cela sera l'occasion d'enrichir ce dossier prochainement.

Notre choix : SSD Crucial MX300 525Go - SATA (materiel.net - amazon)
Alternatives : tous les SSD SATA du marché

La RAM

Pas de conseil particulier pour la RAM, sauf à bien choisir un modèle compatible (DDR4-2133, DIMM 288) et au moins 8Go. N'oubliez pas d'acheter les barrettes par deux (2x4Go ou 2x8Go) ! On conseillera 16Go minimum si vous utilisez des applications professionnelles (FCP, Adobe...).



Notre choix : HyperX Fury 2x, 8Go, DDR4-2133, DIMM 288 (materiel.net - amazon)
Alternatives : toutes les barrettes compatibles (par 2) avec votre carte-mère/CPU (DDR4-2133, DIMM 288)

Les accessoires (clavier, souris, écran, DVD...)

Le reste des accessoires est à moduler en fonction de votre équipement. De notre côté, nous avons par exemple déjà un écran, un clavier et une souris raccordés à un MacBook Pro Retina. On a donc fait en sorte de pouvoir les brancher et les partager avec le Hackintosh. Sachez également qu'on peut tout à fait utiliser un clavier Apple sur PC en récupérant les pilotes via BootCamp.

L'important, c'est surtout l'écran : certains n'ont que des ports HDMI, d'autres seulement du DisplayPort ou même du VGA... attention à bien retrouver cette connectique sur votre GPU externe ou à prévoir les adaptateurs ! Dans notre cas, étant sur Mac, nous utilisons souvent des modèles Thunderbolt et USB C, ce qui nous a poussé à choisir une carte-mère bien spécifique. Mais si vous préférez le HDMI/DisplayPort, pas besoin de vous compliquer la vie.

Enfin, la plupart des lecteurs/graveurs DVD sont reconnus par macOS. Pourquoi acheter un lecteur optique ? Car les pilotes des composants sont souvent fournis sur CD (GPU, CM, écran...) et que vous n'avez pas forcément Internet actif à la sortie de la boite pour les chercher sur la toile. Dans la même veine, privilégiez un clavier et une souris filaires, au moins pour l'installation.

Nos choix :

• Souris Razer Deathadder (materiel.net - amazon)
Clavier étendu Apple (materiel.net - amazon)
Ecran LG UltraFine 4k
• Câble DP vers miniDP (pour faire entrer la sortie vidéo de la GeForce sur la carte-mère) (materiel.net - amazon)
• Lecteur/graveur DVD (materiel.net - amazon)

Résumé de notre configuration

• Carte-mère : Gigabyte GA-Z170X-Designare (Materiel.net, Amazon)
MAJ 07/2017 : la Designare étant en rupture de stock/fin de vie, vous pouvez opter pour la GA-Z170X-Ultra Gaming (materiel.net, amazon)
• CPU : Core i7 7700K (Materiel.net, Amazon) / Core i7 6700K (materiel.net, amazon)
• Ventirad : be quiet! Pure Rock (materiel.net - amazon)
• GPU GeForce 1080Ti (materiel.net, amazon) - ou 1060 - 1070 - 1080...
• WiFi AC : TP-Link Archer T9E (materiel.net - amazon)
• WiFi+Bluetooth : ABWB 802.11AC
• Boitier : be quiet! Silent Base 800 Window (Materiel.net - amazon)
• Alimentation : Corsair VS650 (materiel.net - amazon)
• SSD : Crucial MX300 525Go - SATA (materiel.net - amazon)
• RAM : HyperX Fury 2x, 8Go, DDR4-2133, DIMM 288 (materiel.net - amazon)
• Lecteur DVD (materiel.net - amazon)
• Souris Razer Deathadder (materiel.net - amazon)
Clavier étendu Apple (materiel.net - amazon)
Ecran LG UltraFine 4k
• Câble DisplayPort vers miniDisplayPort (materiel.net - amazon)



Nos paniers d'achat

Pour vous faciliter l'achat, je vous ai créé des paniers d'achat (que vous pouvez modifier) chez Materiel.net.

Important :

• Nous n'avons pas rajouté de stockage HDD (uniquement un SSD pour macOS)
La carte WiFi de chaque configuration ne contient pas de puce bluetooth. Si vous voulez le bluetooth, supprimez la du panier et achetez ce modèle chez Amazon
• Les configurations avec montage ne peuvent être renvoyées


- Voir le panier quasi-identique de notre configuration (~2200 €)

MAJ 07/2017 : la "Designare" étant en fin de vie, vous pouvez remplacer la carte-mère par le modèle GA-Z170X-Ultra Gaming

Il s'agit des composants identiques à notre configuration. Il faudra y rajouter éventuellement un écran, un clavier, une souris et la carte wifi+bluetooth (uniquement dispo chez Amazon) si vous ne voulez pas que le WiFi.

- Voir le panier "Budget Medium" de notre configuration (~1600 €)

MAJ 07/2017 : la "Designare" étant en fin de vie, vous pouvez remplacer la carte-mère par le modèle GA-Z170X-Ultra Gaming

Dans cette configuration, nous avons un peu rogné sur certains composants et accessoires, qui n'ont pas été testés par la rédac, mais qui n'engagent (a priori) aucun changement dans notre tutorial. La plus grosse variable d'ajustement, c'est évidemment le GPU...

MAJ 07/2017 : la "Designare" étant en fin de vie, vous pouvez remplacer la carte-mère par le modèle GA-Z170X-Ultra Gaming

- Voir le panier "Budget Low" de notre configuration (~1200 €)

Dans cette configuration, nous avons choisi les composants et accessoires avec les prix les plus serrés, qui n'ont pas été testés par la rédac, mais qui n'engagent (a priori) aucun changement dans notre tutorial. Ici, nous conservons la connectique, mais au prix d'un petit Core i5 et d'un GPU plus modeste.

Se faire monter son PC par un revendeur


Dans la section suivante, je vous vous indiquer comment monter tous ces composants, mais sachez-le, cette étape n'est absolument pas indispensable ! Si vous avez peur de manipuler ces composants ou de vous perdre dans les différents manuels, le plus simple reste de se le faire monter.

Le revendeur Materiel.net propose le montage pour 49€ (à condition de choisir tous les composants chez eux). Ce n'est vraiment pas très cher, d'autant que le technicien mettra à jour le BIOS de la carte-mère, une étape parfois indispensable pour installer votre CPU (voir ci-dessous)



Monter son PC à la main


Les pas-à-pas pour monter un PC sont nombreux. Il existe quantité de vidéos et de tutoriels sur internet, qui expliquent de manière très détaillée toutes les étapes à suivre. Malgré tout, chaque montage reste un peu spécifique et dépendra des composants choisis. La carte-mère, notamment, est assez différente suivant les modèles, et c'est elle qui rassemble la plupart des branchements.

Il faut aussi savoir que chaque élément (boitier, carte-mère, alimentation, CPU, GPU) est fourni avec un manuel détaillé et les branchements à effectuer. Si vous suivez la notice à la lettre, vous n'avez (presque) aucune chance de vous planter.



Il faut donc bien lire le mode d'emploi de chaque élément : celui du processeur explique comment l'installer sur la carte mère, de façon très détaillée. Mais le plus utile sera celui de la carte-mère, qui donne toutes les informations sur chaque connecteur présent et sur la façon de brancher les différents composants. Enfin, le manuel du boitier vous sera utile si vous n'arrivez pas à fixer un disque dur, à enlever des éléments de façade ou à fixer la carte-mère. Mais entre nous, si vous êtes un peu bricolo, les boitiers sont généralement assez intuitifs.

Le pas-à-pas ci-dessous sera donc suffisant si vous avez l'habitude des composants informatiques et que vous savez lire un manuel sans paniquer. Je ne vais pas détailler chaque petit branchement de LED, mais vous aurez normalement assez d'informations pour arriver au but.

Voici, dans les grandes lignes, comment réaliser votre montage :

- installer d'abord le CPU sur la carte-mère : il faut généralement retirer la protection en plastique, placer le CPU sur son connecteur et refixer le support (le mécanisme qui ressemble à une tapette à souris).



Attention à bien faire correspondre le petit triangle situé dans un coin du CPU à celui placé sur la carte-mère.



- fixez ensuite le "ventirad", le ventilateur fourni avec le processeur ou acheté à part (il faut bien vérifier qu'il est fixé solidement) et n'oubliez pas de brancher son alimentation (généralement "CPU_FAN") sur la carte-mère.


Ci-dessus, un ventirad classique, fourni par Intel.

Ci-dessous, notre modèle (énorme) plus silencieux et efficace.




La pate thermique (en blanc) qui permet d'optimiser le transfert de chaleur entre le CPU et le ventirad.




- installez ensuite la RAM (ça, vous savez faire, il suffit de clipper la barrettes). Si vous en avez 2 et qu'il y a 4 connecteurs, il faut généralement laisser un espace libre entre les 2 barrettes.




- fixez la carte-mère dans le boitier du PC (généralement, 4 ou 6 vis). Attention ! Souvent, une petite façade est à fixer avant, derrière le PC, là où sortent les connecteurs. Pensez-y avant de visser !




- installez le lecteur DVD et le disque dur dans les baies prévues (il faut souvent enlever des éléments de façade et bien fixer les 4 vis (de chaque côté) pour chacun). Les SSD nécessitent parfois des supports de boitiers 3,5" pour rentrer dans les baies dédiées, mais vous pouvez aussi les fixer avec seulement deux vis ou éventuellement les laisser se balader dans le boitier.



Sur la droite de l'image, on peut voir le graveur avec l'alimentation (les câbles de couleur) et le SATA (le gros câble noir)


- installez l'alimentation (vissez là bien, avec le ventilateur dirigé vers l'intérieur du boitier) mais ne la branchez pas !




- Sur la carte-mère, branchez maintenant la prise générale (le gros câble avec les fils de couleur) et celle du CPU (le petit, dont le connecteur est proche du processeur). Ces câbles sont fixes et très spécifiques sur l'alimentation, vous ne pouvez pas vous tromper. Regardez bien dans le manuel de la carte-mère si vous avez un doute, mais les détrompeurs sont là pour éviter les drames.



- avant de mettre la carte graphique (qui prend beaucoup de place), on vous conseille de brancher les divers connecteurs issus du boitier (LED, boutons d'allumage, ventilateurs, USB, audio…). C'est souvent cette partie qui est la plus longue car il peut y avoir beaucoup de câbles, et de petits connecteurs. Il suffit en réalité de bien lire ce qui est marqué sur chaque fil et de le faire correspondre au connecteur ad-hoc de la carte-mère. Aidez-vous du manuel, tout est indiqué dessus ! N'hésitez pas non plus à utiliser tous les raccordements du boitiers pour obtenir un câblage propre (évitez que les câbles ne touchent les ventilateurs, les radiateurs et toutes les parties qui risquent de chauffer ou de bouger).


Ici, on voit le câble du son (f_audio)



La plupart des LED et autres boutons du boitiers viennent se brancher dans ce petit connecteur. Attention à bien respecter les polarités (+/-) !


- installez ensuite la carte graphique, généralement sur le connecteur PCIe le plus proche du CPU (16x). Il faut ensuite la brancher, ce qui nécessite souvent deux câbles issus de l'alimentation.




Ces 2 rangées de 6 connecteurs (4 sur certaines cartes) doivent être reliées directement à l'alimentation via le câble adapté. Vous ne vous pouvez pas vous tromper de sens, car il y a un détrompeur.


Si vous avez une carte WiFi, fixez-là sur un connecteur PCIe disponible.



Le plus gros du travail est terminé, il reste à boucler les dernières connexions :

- installez les nappes SATA (une pour le lecteur DVD et l'autre pour le disque dur) qui partent de la carte mère


Ce petit câble blanc et noir (fourni avec la carte-mère) s'appelle "SATA" et il sert à transmettre les données. L'autre extrémité doit être branchée sur la carte-mère. Le second câble (avec les couleurs) est issu de l'alimentation (indispensable pour que le disque fonctionne)


- même chose pour l'alimentation du lecteur DVD et du disque (le câble part du bloc d'alimentation, cette fois)



- vérifiez bien que tous les câbles sont branchés (c'est ballot), et que rien ne se balade dans le boitier, notamment autour des ventilateurs

- pour l'écran : si vous avez un écran HDMI/DP/VGA, branchez-le directement sur la carte graphique. Si vous avez un moniteur USB C/Thunderbolt, voici comment brancher les câbles pour que ça marche :


Le câble rouge relie la sortie du GPU vers l'entrée DisplayPort de la carte-mère tandis que le câble bleu est le câble Thunderbolt 3 / USB C (de sortie) que vous allez relier à votre écran.


Sur notre PC, le câble blanc (Thunderbolt) est branché sur une sortie USB C tandis que le câble noir relie la sortie de la GeForce à l'entrée DisplayPort de la carte-mère (DP-IN) :




Avant de refermer le PC, branchez l'écran et vérifiez que le PC démarre normalement. On vous conseille même de faire l'installation avec la machine ouverte, au cas où certains éléments seraient mal branchés.



Voilà, c'est terminé ! On passe maintenant à la partie logicielle !


Configurer le BIOS




Appuie sur le bouton !

Une fois le PC monté, il faut... l'allumer. Si ça ne fonctionne pas et que rien ne s'affiche à l'écran, pas d'affolement, il faut simplement vérifier un à un toutes les étapes précédentes.

- la carte-mère s'allume-t-elle ? Non ? Le câble d'alimentation n'est sûrement pas bien connecté
- le ventilateur du CPU fonctionne-t-il ? Si ce n'est pas le cas, il n'est sûrement pas branché.
- le GPU est-il bien alimenté ? Ses ventilateurs sont-ils actifs ? Vérifiez qu'il est bien clippé et alimenté
- le disque dur est-il bien relié par 2 câbles ? (SATA et alimentation)
- la carte-mère affiche-t-elle une erreur ?



Le chiffre indiqué sur la carte-mère n'est pas inutile ! Si l'ordinateur ne démarre pas, notez le code d'erreur et faites une recherche sur Google !


Dans notre cas, la carte-mère affichait justement un code d'erreur (code 62) ! Après investigation, elle n'était pas à jour et ne reconnaissait pas notre CPU Kaby-Lake. Pour lui installer le dernier BIOS, on a dû récupérer un CPU Skylake (On en trouve pour 60€ environ et vous pouvez toujours le renvoyer...), l'autre alternative étant de retourner la carte au constructeur pour appliquer la mise à jour (mais ça prend parfois 1 à 3 semaines). Ce genre de cas n'est pas si rare sur PC, malheureusement...

Dans le BIOS

Le BIOS est une sorte de mini-OS intégré à la carte-mère, qui gère le hardware de manière très bas-niveau : vous pouvez par exemple activer/désactiver certains ports, contrôleurs etc. Il est également possible d'overclocker le CPU ou de gérer différents paramètres très techniques.

Pour que macOS fonctionne, il est important de désactiver/activer certaines fonctionnalités. Voici la liste "standard", mais je vous fournirai juste après les réglages exacts de notre carte-mère.

1. Accédez au BIOS (en appuyant sur F12 ou DEL)
2. Dans les menus, chargez les "Optimized Defaults" (réglages par défaut)
3. Désactivez VT-d
4. Désactivez CFG-Lock
5. Désactivez Secure Boot Mode (mode de démarrage sécurisé)
6. L'OS par défaut doit être sur "Other OS" (autre OS)
7. Désactivez le réglage IO SerialPort
8. Activez XHCI Handoff
10. Sauvegardez et quittez


Voici les différents réglages spécifiques de notre carte-mère (je n'affiche que les écrans que l'on a modifiés par rapport aux réglages par défaut).


On commence par charger les réglages par défaut (pour être sûr)



On désactive VT-D



Je vous conseille de garder la langue en anglais (pour la doc). Notez également la version de votre BIOS (ici, F22).



On règle le démarrage en mode UEFI



Le choix de l'OS doit impérativement être sur "Other OS"



On désactive les ports série dans le SuperIO Config



On active XHCI Hand-Off



Vous pouvez régler l'ordre de démarrage des disques (optionnel)



N'oubliez pas de sauvegarder !


Créer une clef USB de démarrage


On va maintenant créer une clef bootable de macOS pour PC. C'est elle qui va installer macOS sur le disque de la machine.



Pour cette étape, vous devez avoir une clef USB 3.0 de 8Go minimum (attention, certains modèles ne fonctionnent pas, chez SanDisk notamment) et... un Mac fonctionnel (ou un hackintosh).

Téléchargez la dernière version de macOS depuis le Mac App Store.



Il va maintenant falloir créer une clef bootable pour le PC. Le plus simple est d'utiliser Unibeast.

Téléchargez Unibeast depuis cette page (prenez la version la plus récente)

Lancez Unibeast pour créer votre clef USB. Attention, le système devra être placé en anglais (dans les préférences système, onglet « Langues ») et la clef formatée Mac.

Sélectionnez votre version de macOS (Sierra dans notre cas), « UEFI Boot Mode » et ne cochez pas les injections des GPU (sauf si vous avez choisi une vieille carte qui apparait dans la liste)








Téléchargez ensuite MultiBeast (la version adaptée à votre OS) et placez le à la racine de la clef ainsi créée.

Voilà à quoi ressemble normalement le contenu de votre clef :




(Une seconde partition sera nommée "EFI" mais elle n'apparait pas sur le bureau...)


Installer macOS


Une fois votre clef créée, branchez là sur le PC et appuyez sur F12 (ou DEL) au démarrage pour accéder au BIOS pour choisir le disque de démarrage.



Normalement, la clef apparait dans la liste des disques de démarrage (avec « USB » à côté). Sélectionnez-là et validez.

A présent, l'écran de Clover apparait à l'écran. Il s'agit de votre nouvel « écran d'accueil » qui vous permet de démarrer macOS et son programme d'installation. Si Windows est installé sur le PC, son disque s'affichera également sur cet écran.



Désormais, on va donc installer macOS sur votre disque dur. Pour cela, choisissez "Boot macOS from USB" dans le menu de Clover.

Formattage et installation

Une fois arrivé sur l'écran d'installation, il faut formater votre SSD avec Utilitaire de disque (« Table de partition GUID », et « macOS étendu journalisé »).



Installez ensuite macOS X comme d'habitude. L'ordinateur va redémarrer et vous proposer de configurer votre session etc.

Attention : au moment du redémarrage, vous devez toujours avoir la clef branchée et la choisir (comme précédemment) comme disque de démarrage depuis le BIOS. A partir de l'écran de démarrage de Clover, vous pouvez cette fois choisir votre SSD principal pour démarrer et finir l'installation.



On y est presque ! macOS est installé, mais vous avez encore besoin de la clef USB pour démarrer (avec Clover). On va donc installer Clover sur le disque, mais aussi les pilotes nécessaires pour le réseau, l'USB, le son etc.

Terminer l'installation


• Tout d'abord, copiez sur votre bureau le dossier « Multibeast », qui se trouve sur la clef (ou téléchargez-le en ligne, si vous avez le réseau). Si la clef ne monte pas, essayez de la changer de port USB.

Lancez l'app Multibeast et sélectionnez "Quick Start" (démarrage rapide), puis "UEFI Boot Mode". Cet outil va installer Clover sur le disque et les outils de base pour pouvoir démarrer sans la clef USB.

• Il faut ensuite cocher les différentes options dans les menus (drivers, bootloaders etc.)






Cochez bien toutes les cases ci-dessus jusqu'à obtenir la liste suivante dans le menu "build" :




A noter que vous pouvez changer la configuration par défaut (iMac 14.1) en iMac 18,6. (ou plus récent). Cette pirouette fait croire à votre hackintosh que la machine est un iMac d'une génération précise (les Mac Pro étant plus anciens, inutile de cocher ces préférences). Chez nous, le passage en iMac 18,6 (modèles 2017, Kaby-Lake) a parfaitement fonctionné. Si besoin, vous pouvez toujours tester une configuration et redémarrer depuis la clef USB si le système plante... et remettre l'ancienne configuration. (vous pouvez aussez sauver votre fichier config.plist et le remplacer avec un autre Mac)



Nous avons sélectionné « Realtek AL1150 » et « 100/200 Series » pour la partie audio, et « IntelMausiEthernet v2.2.0 » pour Ethernet. « Clover 2.4k » désigne le bootloader (le programme qui va lancer macOS au démarrage) et enfin, le système simulera le comportement d'un iMac, la machine la plus proche de l'architecture Skylake de notre PC. N'hésitez pas à prendre les dernières versions de ces composants si elles sont disponibles.

Cliquez enfin sur "build" pour installer les pilotes et l'EFI Clover. Mais ne redémarrez pas !

• Déjà, désactivez Gatekeeper en tapant cette ligne de commande dans le terminal :

sudo spctl --master-disable


Téléchargez ensuite Clover EFI et Clover Configurator.

Lancez Clover EFI et choisissez l'installation personnalisée. Réglez ensuite comme ceci :



• Ensuite, lancez Clover Configurator, et cliquez sur « Mount EFI » (choisissez bien la ligne de votre disque dur et non de la clef USB) pour monter la partition EFI nouvellement créée. Nous allons modifier plusieurs paramètres.



Fermez Clover Configurator et naviguez dans le nouveau disque qui est apparu sous le nom « EFI » :

/EFI/CLOVER/


Sélectionnez le fichier « config.plist » et normalement, un double-clic va ouvrir « Clover Configurator ». (Sinon, glissez-le sur l'application).



• Si vous avez une carte graphique Nvidia Pascal (1050, 1060, 1070, 1080...), cochez l'option "nvidia web" comme ceci :



• Enfin, téléchargez les pilotes Nvidia Pascal (pour les GeForce 1050 à 1080/Titan Xp) en suivant ce lien.

• Une fois l'installation terminée, redémarrez sans la clef USB.

Normalement, le menu Clover (situé cette fois sur votre disque) apparait, et vous pouvez sélectionner macOS dans la liste. Validez et ouvrez votre session.

Dans le menu Nvidia (tout en haut de l'écran), si « web driver » n'est pas sélectionné, cliquez dessus et redémarrez.



Si après redémarrage, les pilotes web ne sont toujours pas actifs, relancer Clover EFI et cochez l'option suivante pour simuler la NVRAM :



Redémarrez, et ça devrait enfin fonctionner !

Pas de son ?

Si dans les préférences système, aucune entrée/sortie son n'est reconnue, tentez de réinstaller depuis Multibeast en cochant uniquement les pilotes audio :



Comme tout à l'heure, cliquez sur « Build » et redémarrez. Normalement, le son devrait être opérationnel après le redémarrage :



Si ce n'est pas le cas, vous pouvez tenter de suivre ce guide ou celui-ci. Sur certaines carte-mères, je ne suis jamais arrivé à activer le son, y compris avec ces guides. Plutôt que de perdre votre journée, achetez simplement un adaptateur jack via USB (8€ sur amazon) ou une petite carte son USB. Ça fonctionne dans 100% des cas, et le son sera bien meilleur que celui de la carte-mère. D'ailleurs, si vous avez un dock USB C ou même un écran USB C avec des sorties audio, ces dernières ont toutes les chances de fonctionner !

Si certains ports USB ne fonctionnent pas

Il est possible que certains ports (USB 3.0) ne répondent pas alors que les port USB C et USB 2 sont fonctionnels. Pas de panique, il faut juste rajouter un pilote !

Relancez Multibeast avec les réglages suivants :



Après redémarrage, les ports devraient normalement être tous actifs (ce fut le cas avec notre configuration). Mais tous n'ont pas cette chance, et il faut parfois rajouter des pilotes ou bidouiller un peu la configuration Clover.

Activer le Thunderbolt 3

Normalement, le Thunderbolt 3 fonctionne sur macOS à la sortie de la boite. Mais ce n'est pas toujours le cas. Il faut aussi savoir que le menu Thunderbolt n'indique qu'aucun bus Thunderbolt n'est présent dans « A propos de ce Mac/ Rapport système » mais les périphériques peuvent malgré cela, fonctionner normalement. Autre limitation, le branchement à chaud fera planter la machine : il faudra toujours connecter vos périphériques Thunderbolt au démarrage.



Avant toute chose, je vous recommande vivement de mettre à jour tous les composants Thunderbolt. Il faut bien comprendre que la technologie est encore jeune, et que les spécifications finales n'ont que quelques mois : les fabricants de carte-mère doivent donc proposer des updates de leurs pilotes et parfois même flasher la carte.

La seule solution est de passer par Windows 10. Pour cela, je vous conseille d'installer Windows sur un disque temporaire ou même une clef USB. (J'imagine que vous avez de toute façon prévu d'installer Windows sur votre machine, alors tant qu'à faire... autant s'y prendre maintenant).

Les ISO de Windows 10 sont disponibles gratuitement à cette adresse. Le plus simple est de passer par une clef USB (mais vous pouvez aussi graver un DVD).



Vous devrez ensuite installer le CD livré avec la carte-mère, il mettra à jour les pilotes, même si ce ne sont pas forcément les dernières versions. Voilà pourquoi on va maintenant aller les chercher sur internet :-)

Installez donc le dernier BIOS de votre carte-mère. Pour notre modèle, prenez le plus récent sur cette page (F22 - Europe ou plus récent)



A noter que vous pouvez mettre à jour le BIOS sans Windows, en le chargeant simplement le pilote sur une clef USB depuis la version précédente du BIOS.




• Ensuite, il faut installer le Thunderbolt FW Update Tool (dans Utility) Lien direct (si le lien ne fonctionne pas, allez sur cette page)



• Ensuite, lancez le programme qui se trouve dans

Program Files (x86) > GIGABYTE > FlashTBT > FlashTBT_100


• une fois l'installation terminée, éteignez Windows et débranchez votre PC pendant 1 minute.

pour tester si le Thunderbolt fonctionne, branchez simplement un périphérique sous Windows.

• Si en redémarrant, vos périphériques Thunderbolt ne sont toujours pas reconnus sur le Mac, essayez d'activer le «  Thunderbolt boot support » dans le BIOS, comme ceci :



De notre côté, cette option a créé des conflits importants : impossible d'utiliser les 2 ports et sur l'écran Thunderbolt d'Apple, en dehors de l'écran, rien ne fonctionne ! (caméra, USB, Ethernet...).

Derniers ajustements : iMessage, iCloud, Mac App Store, handoff...

Suivant les configurations, il se peut que certains services, comme iCloud, iMessage, le Mac App Store ne fonctionnent pas ou pas totalement. Il existe de nombreux cas et tutoriels sur le sujet, et presque autant de cas particuliers en fonction de vos configurations et du matériel choisi. Le mieux est souvent de taper le nom de l'erreur sur Google suivi de « hackintosh » et vous aurez accès à différents guides.

• iCloud/Mac App Store

Si vous avez des soucis avec le Mac App Store et/ou iCloud, il suffit dans la plupart des cas de retirer toutes vos interfaces réseaux, puis de redémarrer et enfin de rajouter uniquement le WiFi dans votre configuration. Apple se base en effet sur l'identifiant de la carte pour se connecter à ses services. Mais si vous n'avez pas de cartes WiFi, il faut parfois injecter un identifiant dans Clover... Avec notre matériel (si vous avez repris le même que nous), le Mac App Store fonctionne sans problème et iCloud également.

• iMessage / Handoff

Pour iMessage (et handoff) c'est plus compliqué : Apple génère un identifiant unique à partir du numéro de série de la machine, qui est forcément toujours bidon sur les hackintosh. Il faut donc « trouver » un numéro de série valide pour votre machine.

Pour cela :

- Montez la partition EFI avec Clover Configurator, quittez CC.
- Naviguez dans EFI/Clover et double-cliquez sur config.plist (normalement, ça va rouvrir CC avec vos réglages)
- Allez dans l’onglet SMBIOS et cliquez sur la baguette magique.
- Choisissez la machine que vous avez utilisé au tout début (iMac 14.1 dans notre cas) et validez
- Allez sur cette page et collez-y le numéro de série qui est apparu dans le champ « Serial Number »
- S'il n'y a pas d'erreur, parfait ! Continuez. Sinon, relancez les étapes précédentes
- exécutez les commandes suivantes dans le Terminal :

cd ~/Library/Caches/
rm -R com.apple.Messages*
rm -R com.apple.imfoundation*
cd ~/Library/Preferences/
rm com.apple.iChat*
rm com.apple.imagent*
rm com.apple.imessage*
rm com.apple.imservice*
rm -R ~/Library/Messages/


Voilà ! Il suffit maintenant de redémarrer. Si cela ne fonctionne pas, déconnecter/reconnectez-vous sur l'onglet iCloud des préférences système. Sur notre configuration, tout fonctionne correctement, y compris handoff.

Quid des mises à jour de macOS ?

C'est une question qui revient le plus souvent : puis-je faire les mises à jour sans problème ou faut-il tout réinstaller à chaque fois ? Evidemment, la réponse est « ça dépend ».

En fait, tout dépend surtout du contenu de la mise à jour. Si Apple remplace certains pilotes (son, ethernet, graphiques...), il se peut que certains composants cessent tout à coup de fonctionner. Durant la dernière update de Sierra, il a par exemple fallu réinstaller les pilotes Nvidia... et c'est tout ! Mais parfois, tout se passe bien et il n'y a rien à installer. Je dirais que dans la majorité des cas, les mises à jour mineures de macOS ne posent pas de problème spéciale.

Pour les plus grosses mises à jour (passer d'El Capitan à Sierra par exemple), il suffit généralement de :

- mettre à jour Clover
- déplacer les extensions « pirates » (au moins FakeSMC.kext) de /Library/Extensions/ vers la partition de Clover (EFI/EFI/CLOVER/kexts/Other)
- installer macOS (comme d'habitude)
- vérifier que tout fonctionne (Ethernet, son, USB...)
- réinstaller (avec Multibeast) les éventuels pilotes manquants (comme au début du guide)

Evidemment, suivant les versions, il peut y avoir quelques petites différences (ou même de nouveaux blocages). Par exemple, certains pilotes peuvent ne plus fonctionner !

Dans tous les cas, il est donc important de :

- sauvegarder régulièrement son OS (voire même de cloner le disque avant une MAJ maheure, si vous ne voulez pas tout réinstaller en cas de problème)
- attendre avant d'appliquer les mises à jour (au moins quelques jours)
- bien vérifier que des utilisateurs, avec des configurations similaires, ont réussi à passer la mise à jour


Sur TonyMacX86, vous trouverez des sujets entiers sur des forums (en anglais) pour contourner ces limitations et/ou résoudre des problèmes plus spécifiques.

Quelques benchs


Dès la machine opérationnelle, nous avions effectué et publié une série de benchs comparatifs, histoire d'avoir un aperçu plus concret des gains observés. Nous les avons enrichis avec quelques tests supplémentaires. A noter que les pilotes Nvidia sont amenés à évoluer avec le temps, et pourraient largement gagner en performances ces prochaines semaines.

CPU : équivalent d'un Mac Pro à 6 coeurs

Avant de tester le GPU, je voulais vous donner un ordre d'idée de la puissance du CPU. D'après geekbench, c'est lui qui présente le meilleur score en mono-coeur (plus de 5600 points). En multi-coeurs, il se positionne au niveau d'un Mac Pro à 6 coeurs. La machine reste donc nettement moins performante qu'un Mac Pro 12 coeurs... mais le tarif n'est vraiment pas comparable !

(cliquez pour zoomer)



Open CL : bienvenue en 2017 !

Bonne nouvelle, les résultats en OpenCL (ici sous Luxmark) sont vraiment bons, et assez voisins de ce que l'on avait obtenu avec notre Core i5, qui n'était donc pas si limitant.

La carte met une claque à l'ensemble des modèles de la gamme Apple actuellement sur le marché :



N'ayant pas de Mac Pro récent sous la main, on a donc comparé les performances de notre hackintosh sous Final Cut Pro avec un MacBook Pro 2016 toutes options. La différence n'est pas dingue, la machine est environ 1,5 à 2x plus rapide sur la plupart de nos tests :



Il faut aussi savoir que Final Cut Pro est l'un des rares programmes particulièrement optimisé pour les GPU AMD intégrés dans nos Mac. Il y a donc de fortes chances que notre hackintosh ne fasse pas beaucoup mieux qu'un Mac Pro avec la Dual D700. (Si quelqu'un en a un sous la main et pas trop loin de la rédac, on est preneur pour un petit test rapide !)

OpenGL : on peut enfin jouer sur Mac !

Avec notre petit Core i5, nous étions assez déçus des scores en OpenGL, mais dans les jeux, le CPU a sa part de responsabilité sur les performances. Avec notre Core i7 à 4.2Ghz, les résultats sont donc logiquement plus intéressants.

Dans CineBench, la machine écrase toute la gamme, y compris les Mac Pro. En revanche, macOS est toujours nettement en retrait face à Windows, qui bénéficie évidemment de meilleurs pilotes :



Dans les jeux récents, certains comme F1 2016 sont eux, bloqués à 60FPS, ce qui présente peu d'intérêt pour un test.

Nous avons donc lancé Batman, un titre plus tout jeune, mais qui propose ici des performances assez élevées (presque deux fois plus rapide qu'un MacBook Pro 2016 ou qu'un iMac 5k).



Autre surprise, StarCraft II et son mode « Metal » (en beta) fonctionne parfaitement avec la GeForce 1080Ti ! Si les performances ne rivalisent pas encore avec la version Windows, on n'en est plus si loin ! Durant la partie (3v3 avec 5 IA), le jeu affichait souvent autour de 70/80FPS sur le Mac et environ 90/100 sur le hackintosh. Blizzard a vraiment fait du bon boulot !



Enfin, Tomb Raider démontre que les performances sous Windows sont encore un bon cran au dessus. Néanmoins, la 1080Ti permet d'offrir un framerate jamais atteint sur Mac !



Bilan : un compromis de plus en plus acceptable


Avant de conclure, j'espère ce que dossier vous a plu et qu'il a été suffisamment complet pour créer une machine fonctionnelle de bout en bout. Sachez qu'il nous a demandé plusieurs semaines de travail, de nombreux tests et même quelques challenges assez complexes à résoudre pour obtenir une configuration intéressante. Dans tous les cas, n'hésitez pas à nous poser des questions dans les réactions !

La question est maintenant de savoir si ce genre de machine peut décemment remplacer un Mac Pro de production, et se montrer suffisamment stable pour être utilisé au quotidien. De notre côté, cela fait des années que nous montons des hackintosh, et nous n'avons pas rencontré de problèmes majeurs sur la durée qui en gênerait l'usage de façon rédhibitoire : si la configuration de base est stable, vous pouvez lancer vos mises-à-jour sans trop de problème. En revanche, il faut aussi savoir qu'il y aura toujours quelques petits éléments ici et là qui ne fonctionneront pas ou pas bien : la sortie de veille, le branchement à chaud du Thunderbolt 3, certaines fonctionnalités spécifiques (comme Continuity, Handoff etc.)... et parfois sans solution.



La plus grande inconnue viendra plutôt du logiciel et de la pérennité de certains pilotes ou même des applications sur lesquelles vous n'avez absolument aucune garantie. Vu le prix des machines, le risque mérite souvent d'être pris en considération. Enfin, comme vous avez pu le voir, ce qui semble simple et rapide avec un Mac peut nécessiter des heures de recherche sur un hackintosh ! Lorsque vous montez ce type de machine, il faut donc prévoir du temps et même un petit budget « recherche et développement » à chaque fois que l'on change/modifie un composant.

A l'arrivée, gardons donc à l'esprit que les « vrais » Mac -même s'ils ont aussi leurs lots de bugs- offriront toujours un environnement plus stable et plus maitrisé. Ils contenteront moins les joueurs et les pros sur le plan des performances et des prix, mais ils se rattraperont largement sur l'expérience utilisateur. Dès lors, le hackintosh nous parait plus adapté à une tâche précise (3D, montage, jeux...) qu'à un véritable ordinateur « de tous les jours », même si certains seront prêts au compromis. En rêvant un peu, peut-être qu'en 2018, Apple s'inspirera du modèle Hackintosh pour proposer une machine vraiment modulaire, que l'on puisse composer à loisir, sans casser sa tirelire. Mais en attendant, il s'agit d'une alternative intéressante pour peu que l'on soit prêt à y investir du temps.

Terminons par une séances de FAQ avec VOS questions !




Si ce dossier vous a plu, nous le maintiendrons à jour et nous l'enrichirons ces prochains mois, au gré de nos découvertes (ou de vos suggestions). N'hésitez donc pas à le partager et à réagir dans les commentaires !
partage email

 

chargement des réactions

Réagissez à ce dossier !

Pour réagir directement dans le forum, cliquez ici.
Pour réagir, vous devez être identifié.
Si vous ne possédez pas de compte, créez-en un !
Identifiant :
Mot de passe :
Gras Italique Souligné Image URL Smiley confus Smiley cool Smiley M. Vert Smiley malsain Smiley mort de rire Smiley geek Smiley surpris
Important : soyez concis, courtois et pertinents. (plus d'infos ?) Les messages injurieux et hors sujet seront effacés. En cas de non respect de ces instructions, le compte d'un utilisateur pourra être bloqué sans préavis.
Pour toute erreur dans un article, merci de nous le signaler en nous contactant ici.

Conseils d'achat

  • Macintosh

  • iPhone, iPad & iPod

iMac 27" 5k Indicateur vert Informations 06/2017 2099 € L'iMac 27" (Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3, GPU dédié et puces Kaby-Lake. Pas de mise à jour prévue avant de longs mois !
iMac 21,5" 4k Indicateur vert Informations 06/2017 1499 € L'iMac 21,5" (Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3, GPU dédié et puces Kaby-Lake. Pas de mise à jour prévue avant de longs mois !
iMac Indicateur vert Informations 06/2017 1299 € L'iMac 21,5" (non Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3 et puces Kaby-Lake. Pas de mise à jour prévue avant de longs mois !
Mac Mini Indicateur rouge Informations 10/2014 549 € Le Mac mini a été mis à jour fin 2014, avec quelques améliorations notables, comme Thunderbolt 2, WiFi ac. Son prix a également fortement baissé, mais au prix d'un boiter moins évolutif (RAM soudée) et d'absence de quadri-coeur. Une renouvellement pour la rentrée (voire fin 2017) est possible, même si Apple n'a pas l'habitude de mettre à jour cette machine très souvent. Regardez aussi du côté du Refurb, où l'on trouve régulièrement des modèles à partir de 459€ !
Mac Pro Indicateur rouge Informations 10/2013 3339 € Apple a annoncé un nouveau Mac Pro courant 2018 (voire 2019), plus modulaire et moins fermé que la version actuelle. Dans tous les cas, surtout n'achetez pas les modèles "tube" datant de 2013 et désormais assez dépassés.
MBP Retina 13" Indicateur vert Informations 06/2017 1749 € Le MacBook Pro 13" a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake. Vous pouvez acheter tranquillement, aucune mise à jour prévue avant de longs mois !
MBP Retina 15" Indicateur vert Informations 06/2017 2799 € Le MacBook Pro 15" a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake et de "nouveaux" GPU. Vous pouvez acheter tranquillement, aucune mise à jour prévue avant de longs mois !
MacBook Air Indicateur orange Informations 06/2017 1099 € Le MacBook Air a été "mis à jour" le 5 juin 2017, avec des fréquences légèrement supérieures, mais aucune autre nouveauté. Cette machine est en fin de vie et Apple ne lui accordera plus aucune vraie mise à jour. Achetez le plutôt sur le Refurb !
MacBook Indicateur vert Informations 06/2017 1499 € Le MacBook Pro a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake. Vous pouvez acheter tranquillement, aucune mise à jour prévue avant de longs mois !
Apple TV 2015 Indicateur orange Informations 10/2015 199 € L'Apple TV 2015 est sortie fin 2015 et commence à dater un peu : pas de 4k, des performances réseaux moyenne et un prix encore élevé. La rumeur évoque une évolution courant 2017, avec la 4k et le HDR. Le boitier reste malgré tout une bonne affaire... si vous la prenez sur le Refurb !
Téléchargez nos
applications mobiles
À découvrir sur Mac4Ever
b 1  b 2 
Mon Mac4Ever
Pour participer, vous devez être identifié.
Si vous ne possédez pas de compte, vous pouvez en créer un gratuitement !
Identifiant :
Mot de passe :
Sondage
L'absence de mini-jack sur l'iPhone, c'est..
3158 votes
app
A propos | Mentions légales | Contacts | Emploi | RSS | Apps