Mac4Ever Refurb PrixMac Guide d'achat Apple - Des conseils sur toute la gamme Apple Débuter sur Mac
Reportage : Gameloft, l'interview vérité
Actu Dossiers Forum Photos/Podcasts Petites Annonces V.I.P.
1303 connectés

Reportage : Gameloft, l'interview vérité

Le 06/04/2012 à 11h27
Gameloft est l'un des leaders des jeux vidéos sur mobiles et tablettes. Avec plusieurs dizaines de sorties à l'année, l'éditeur français rivalise avec EA Games, l'autre mastodonte du domaine.

Cyril Guilleminot, le directeur de Gameloft France nous a ouvert les portes de son entreprise. Ça sentait fort la peinture, d'ailleurs, dans les locaux de l'éditeur, en plein réaménagement mobilier. Cyril aborde avec nous les succès, et les échecs, de sa société, évoque les perspectives d'avenir pour les jeux mobiles, nous donne son sentiment sur la bataille iOS / Android. ET répond aux questions qui fâchent ! Gameloft est-il le copieur que certains dénoncent ? Emploie-t-il des méthodes contestables en proposant des jeux en Freemium ? Mange-t-il des nouveaux-nés le matin ?

Toutes les réponses dans l'interview vidéo ci-dessous, 20 minutes, ou presque, de bonheur et de félicité.



French touch !


Cocorico ! L'un des leaders du jeu vidéo mobile est français. Gameloft est un mastodonte, qui emploie plus de 5400 personnes dans le monde, réalisait, en 2010, 140 millions d'euros de chiffre d'affaires. L'entreprise, fondée à partir d'UbiSoft par Michel Guillemot, et son frère Yves Guillemot, s'est spécialisée dans les jeux pour mobiles. D'abord des jeux java de quelques Ko, puis, à partir de 2008, des jeux pour iOS. « Un grand tournant », se souvient Cyril Guilleminot, directeur de Gameloft France.

Gameloft, linterview vérité
Gameloft à Paris


L'entreprise, depuis, sort 20 à 40 titres par an sur la plateforme d'Apple, a débarqué sur Android, un marché « très porteur » et, plus annecdotiquement, sur FreeBox Revolution.

Sweat Soft ?


« Gameloft est une société française, je dirais même plus, bretonne, issue d'Ubi Soft ». Mais « beaucoup de nos studios sont à l'étranger », concède Cyril Guilleminot, directeur de Gameloft France. Les mauvaises langues estiment même que l'essentiel du développement s'opère en Chine et en Inde, pour y bénéficier de programmeurs à très bas salaire. Gameloft compte tout de même un studio important à Montréal de plus de 400 salariés, crédité des plus gros succès "core gaming" de l'éditeur. À Paris Gameloft emploie 120 personnes, pour la gestion des projets de développement et le marketing essentiellement.

Gameloft, copieur ?


L'un des griefs les plus couramment reprochés à Gameloft est le fait de copier les succès des concurrents. Et c'est vrai qu'à regarder le catalogue de l'éditeur, on repère des titres s'inspirant franchement de succès consoles ou PC, sans pour autant en être une licence. Alors, Gameloft, copieurs ?

Le monde du jeu vidéo « se nourrit toujours des innovations des autres, et ce depuis sa génèse dans les années 80 », reconnaît Gameloft. Coupable donc, de s'inspirer, parfois très franchement, de certains hits consoles ou PC, Gameloft estime, cependant, que cette méthode bénéficie aux joueurs. « Certains éditeurs n'ont pas le temps, l'envie ou la compétence d'entrer sur le marché des jeux mobiles, et nous permettons donc à ces genres d'être représentés sur ce marché », estime Cyril Guilleminot. D'accord, mais un peu d'originalité ne nuit pas non plus.

Gameloft, linterview vérité
Cyril Guilleminot


Les filles sont joueuses


Parmi les tendances du marché, que Gameloft est assez bien placé pour déterminer, l'augmentation de l'offre à destination des joueurs occasionnels, l'arrivée de titres spécialement formatés filles, le renforcement du modèle Freemium et la possibilité, qui se généralisera, de jouer avec son iBidule mais sur son téléviseur.

Le jeu sur iOS, d'abord ça a été du core Gaming. Puis, avec l'envolée des ventes d'iPhone et l'arrivée de l'iPad, de nombreux joueurs occasionnels ont débarqué, les fameux « casual gamers ».

« Ce sont deux publics différents, et nous adaptons nos modes de commercialisation à leurs spécificités » estime Gameloft. Le joueur occasionnel butine l'offre ludique, et il faut limiter au maximum les freins au téléchargement. Le modèle Freemium répond à cette exigence. Le joueur ne paie rien pour télécharger et essayer une version bloquée du jeu. Il peut débloquer des fonctionnalités, ou faciliter la progression dans l'aventure, en passant en caisse. « Il est possible de finir tous nos jeux freemium sans payer », affirme Cyril Guilleminot. C'est sans doute vrai, si l'on fait montre d'une patience et d'une habileté hors du commun. Mais sinon...

Gameloft, linterview vérité


Freemium, une tendance qui va se renforcer


L'arrivée de ce modèle Freemium, inauguré par Dungeon Hunter III, ne s'est pas fait sans douleur. L'éditeur a essuyé une bordée de mécontentements de joueurs surpris tant par le mode de commercialisation que par le jeu en lui-même. « Nous avons fait l'erreur de présenter Dungeon Hunter III dans la suite des deux premiers volets, alors que celui-ci était au fond un jeu très différent », résume M. Guilleminot. Depuis, les commentaires sont revenus au beau fixe et Gameloft compte bien continuer à proposer du Freemium.

L'éditeur, en outre, lance des projets spécifiques en direction des joueurs occasionnels, et notamment des filles.

Gameloft, pays neutre


Gameloft, linterview vérité
« Nous sommes agnostiques niveau plateforme. Notre métier est d'être présent sur les plus importantes. Nous ne sommes ni pour iOS, ni pour Android, ce sont deux marchés que nous adressons de manière égale », précise le directeur.

iOS et Android traités à part égales, mais qu'en est-il du Mac ? Là aussi, Gameloft se félicite d'être présent sur le Mac App Store. Mais n'insiste guère sur ce secteur, pas assez porteur. « Nous proposons une dizaine de titres sur le Mac App Store », précise Cyril Guilleminot « mais on n'est pas du tout sur des chiffres de vente comparables ». Les ventes sur Mac sont faibles et le Mac reste le parent pauvre de l'offre de l'éditeur. Pour l'essentiel Gameloft y adapte les jeux iOS, en améliorant légèrement la qualité graphique, mais sans fournir de vrai travail d'adaptation.

Les jeux mobiles condamnés à être des "petits" jeux ?


Si le secteur du jeu mobile connait une progression spectaculaire, il ne rivalise pas encore, niveau revenus, avec les jeux consoles ou PC. Le développement est plus réduit. Ainsi, s'il faut compter plusieurs dizaines de millions d'euros pour développer un jeu console, et deux à trois ans de développement, un gros jeu iOS / Android demande un an de développement et un budget de l'ordre du million d'euros. Conséquence de ces différences, les jeux mobiles sont plus limités que leurs alter égo console, vendus, il est vrai, souvent plus de 10 fois plus chers.

Par comparaison, un jeu java demande 6 à 8 mois et quelques centaines de milliers d'euros.

Sur le secteur mobile, le futur, c'est la convergence entre le petit écran et le grand écran (via une top box, ou une TV connectée), estime Gameloft. L'exemple est bien sûr Modern Combat 3, qui peut, via une AppleTV, être utilisé sans fil sur la télé du salon (et avec fil sans Apple TV). Ce genre d'interactions devraient se renforcer, et se libérer des contraintes.

Et bien sûr des jeux, toujours plus, toujours plus beaux. Et le français promet du lourd. À suivre !
partage email

Driver San Francisco sur Mac : le test de Mac4Ever

Mac4Ever teste Empire Total War

chargement des réactions

Réagissez à ce dossier !

Pour réagir directement dans le forum, cliquez ici.
Pour réagir, vous devez être identifié.
Si vous ne possédez pas de compte, créez-en un !
Identifiant :
Mot de passe :
Gras Italique Souligné Image URL Smiley confus Smiley cool Smiley M. Vert Smiley malsain Smiley mort de rire Smiley geek Smiley surpris
Important : soyez concis, courtois et pertinents. (plus d'infos ?) Les messages injurieux et hors sujet seront effacés. En cas de non respect de ces instructions, le compte d'un utilisateur pourra être bloqué sans préavis.
Pour toute erreur dans un article, merci de nous le signaler en nous contactant ici.

Conseils d'achat

  • Macintosh

  • iPhone, iPad & iPod

iMac Retina Indicateur vert Informations 05/2015 2299 € L'iMac Retina est sorti le 16 octobre 2014, et une nouvelle déclinaison (moins chère) a été présentée le 19 mai 2015. Il ne devrait pas y avoir de nouveauté majeure avant l'arrivée de l'architecture "Skylake", à la rentrée.
iMac Indicateur orange Informations 06/2014 1249 € L'iMac Retina est sorti le 16 octobre, mais Apple n'en a pas profité pour rafraichir la gamme (vieillissante) d'iMac traditionnels. Si le rapport qualité/prix est toujours bon, leur GPU prend de l'âge et l'on aimerait bien voir arriver du Thunderbolt 2, par exemple. MAJ probable à la rentrée, avec l'arrivée de l'architecture Skylake.
Mac Mini Indicateur orange Informations 10/2014 549 € Le Mac mini a été mis à jour fin 2014 et apporte quelques améliorations notables, comme Thunderbolt 2, WiFi ac. Son prix a également fortement baissé, mais au prix d'un boiter moins évolutif (RAM soudée) et d'absence de quadri-coeur. On peut imaginer un renouvellement d'ici la fin 2015 ou même autour de la rentrée, Apple n'ayant pas l'habitude de mettre à jour cette machine très souvent. Regardez aussi du côté du Refurb !
Mac Pro Indicateur rouge Informations 10/2013 3339 € Le nouveau Mac Pro est disponible depuis décembre 2013 et Apple devrait profiter de cette année 2015 pour lui offrir de nouveaux Xeon, déjà présentés par Intel. Notre conseil : attendez !
MacBook Pro Indicateur orange Informations 06/2012 1199 € Le MacBook Pro est vieillissant et ne correspond plus aux nouveaux standards du marché. En revanche, la possibilité de faire évoluer RAM et disque dur reste l'un de ses atouts majeurs ! A réserver à un public très ciblé, donc. Pour les autres, préférez un MacBook Air ou carrément un Retina 13" !
MBP Retina 13" Indicateur vert Informations 03/2015 1449 € Les MacBook Pro Retina 13" ont été mis à jour le 9 mars dernier, vous pouvez donc acheter sans crainte. Pas de MAJ prévue avant la rentrée 2015 !
MBP Retina 15" Indicateur vert Informations 05/2015 2249 € Apple a mis à jour les MacBook Pro Retina 15" le 19 mai dernier avec quelques petites nouveautés (trackpad ForceTouch, nouveau GPU, SSD plus rapide) mais sans changement de processeur. En effet, Intel a pris du retard sur sa prochaine génération de CPU mobiles quadri-coeurs, et il n'y a rien à attendre de sérieux avant la rentrée 2015 et l'arrivée de Skylake.Si vous n'êtes pas pressés, ce Mac devrait nettement évoluer d'ici la fin de l'année.
MacBook Air Indicateur vert Informations 04/2014 999 € Le MacBook Air a été mis à jour en mars 2015, mais les améliorations sont peu nombreuses. Si vous avez besoin de ce modèle, jetez un œil sur le Refurb avant de vous décider. Vous pourrez trouver une machine de 2014 avec des caractéristiques quasi similaires. Si vous optez pour une machine neuve, le 11" est le portable par excellence qui pourra vous suivre partout. Et n'oubliez pas de booster la RAM à 8Go et, si possible, de choisir le SSD de 512Go.
MacBook Indicateur vert Informations 03/2015 1449 € Le MacBook Retina 12" a été présenté le 9 mars, lors de la keynote de l'Apple Watch. Il est en pré-vente depuis le 10 avril prochain. Un conseil ? Attendez notre test avant d'acheter !
Téléchargez nos
applications mobiles
À découvrir sur Mac4Ever
b 1  b 2  b 3  b 4  b 5 
Mon Mac4Ever
Pour participer, vous devez être identifié.
Si vous ne possédez pas de compte, vous pouvez en créer un gratuitement !
Identifiant :
Mot de passe :
Sondage
L'Apple Watch vous motive-t-telle à faire davantage d'exercice ?
1184 votes
Prixmac
  • Nouveautés

  • Promos

  • Top Vente

app
A propos | Mentions légales | Contacts | Emploi | RSS | Apps