Mac4Ever Refurb Guide d'achat Apple - Des conseils sur toute la gamme Apple Débuter sur Mac
Mac4Ever.com - Toute l'actualité Apple, iPhone, iPad, iPod, et Mac mise à jour quotidiennement - Page 3
Actu Dossiers Forum Photos/Podcasts Petites Annonces V.I.P.
2489 connectés
Approvisioné il y a 26 minutess.
Dans notre test complet de l'iPad 6, nous avons mesuré l'autonomie de la tablette grâce à nos outils habituels.

Nous avons effectué deux tests, le premier avec une consommation importante de ressource et écran allumé à 100%, et un second test, plus « doux », avec la luminosité à 20% et un usage CPU plus modeste. L'an dernier, l'iPad 5 avait alors affiché une autonomie de chameau, avec plus de 16H sur le second benchmark.

Mais sur l'iPad 6, c'est littéralement la douche froide. On perd environ 30mn sur le test intensif (4,5H au lieu de 5) et surtout, presque 6H sur le test « léger », un recul important d'une génération à l'autre :



Evidemment, la tablette garde une bonne autonomie générale, avec une dizaine d'heure en usage courant, mais plutôt 7/8 si vous la sollicitez un peu, ce qui pourrait nécessiter une petite recharge en cours de journée. On se retrouve en fait avec le niveau de l'iPad Air 2, sorti en 2014.

Les raisons de ce recul ne sont pas difficiles à expliquer, puisque la batterie a toujours la même capacité de 32,4Wh : la puce A10 consomme sans doute un peu plus d'énergie, et l'ajout d'une couche pour l'Apple Pencil peut aussi avoir un impact sur l'autonomie générale.

Acheter l'iPad 6 :

Dès 359€ chez Apple
• Souvent moins cher à la Fnac

Notre test complet de l'iPad 6

Pour célébrer la Journée de la Terre, Apple vient de présenter ses dernière initiatives destinées à soutenir son engagement pour la défense de l'environnement, à commencer par Daisy, son nouveau robot de recyclage d’iPhone.



Plus précisément, il s’agit là de la nouvelle version de Liam -sorti en 2016- qui est le fruit de longues années de recherches et qui est capable de démonter neuf versions d'iPhone et de trier leurs composants à fins de recyclage. C’est en effet une redoutable ouvrière puisqu’elle peut désassembler jusqu'à 200 smartphones pommés par heure. Pour l’heure, la firme possède deux appareils actifs, l’un aux USA (à Austin au Texas) et un en Europe (à Breda aux Pays Bas).



« Chez Apple, nous travaillons constamment à l’élaboration de solutions intelligentes pour lutter contre les changements climatiques et préserver les précieuses ressources de notre planète. Pour célébrer la Journée de la Terre, nous offrons à nos clients la possibilité de recycler leurs appareils de la manière la plus simple possible tout en accomplissant une bonne action pour la planète, grâce à Apple GiveBack. Nous sommes également ravis de vous présenter Daisy, car elle représente ce qui est possible lorsque l'innovation et la conservation se rencontrent. » (Lisa Jackson)


Parmi les autres initiatives, Cupertino renouvelle son opération Apple GiveBack. Pour chaque appareil échangé ou recyclé en Apple Stores ou via son site web, entre aujourd'hui et le 30 avril, elle fera un don (d'un montant non divulgué) à l’ONG Conservation International, qui œuvre à la protection de la nature dans plus de 30 pays.



Source
S'ils n'ont pas déjà changé de crèmerie, les utilisateurs de FoundationDB -racheté par Apple en 2015- seront ravis d'apprendre que la firme a rendu le coeur de la base de données à la communauté OpenSource. Le projet avait été gelé au moment de l'acquisition, mais la Pomme semble avoir changé son fusil d'épaule. Dans un billet de blog, les responsables estiment poser ici les fondations (sans jeu de mot) du SGBD, qui peut ensuite être enrichi par un système de couches (layers) développées en fonction des besoins des entreprises. FoundationDB ne se destine pas à animer des petites sites, mais cible surtout les clusters et les centres de données, qui encaissent de lourdes transactions. Le Core de FoundationDB est dès à présent téléchargeable sur Github. [Source]
partage email
Stellar Phoenix propose depuis de nombreuses années un logiciel dédié à la récupération de données sur des supports récalcitrants, capable de rapatrier nos chères informations, là où macOS seul serait totalement inopérant.


Le programme ne fera toutefois pas de miracles avec des unités de stockage physiquement impactées, il sera donc intéressant de comprendre les pannes les plus courantes afin de savoir quand utiliser une telle solution de manière pertinente.

Quand peut-on envisager une solution logicielle de récupération de données ?


Commençons par un tour d'horizon -non exhaustif- des scénarios qui ne vous laisseront d'autres choix que de confier votre matériel aux services d'experts, officiant mécaniquement en salle blanche, et dont les tarifs sont encore particulièrement salés.


Les pannes physiques impactant le plus fréquemment les disques durs à plateaux sont :

Des dégâts au niveau de la tête de lecture, survolant les plateaux à quelques nanomètres de distance, grâce à l'effet coussin d'air de la rotation. Lors d'un choc, cette partie vient s'écraser sur la surface, endommageant la tête de lecture ainsi que la surface du plateau.

Les défaillances dues aux dommages magnétiques. La plupart du temps, elles proviennent d'une variation de la tension du réseau électrique, qui a pour effet de rendre la partie électronique -le PCB vert ou bleu souvent visible sous le disque- inopérante. Si vous possédez plusieurs unités du même disque, vous pourrez alors tenter un échange de circuit imprimé.

• Enfin, pour tous les supports -y compris ceux avec de la mémoire flash- les chaleurs trop importantes ou les dégâts impliquant des liquides causeront des dommages mécaniques en dilatant des pièces en rotation, ou électriques, laissant peu de chances de survie aux données.

Rien n'empêche évidemment de tenter tout de même une récupération logicielle, mais les dégâts de ce type mènent le plus souvent à la salle blanche, ou à la déchèterie. Dans tous les cas, si votre disque émet un son inhabituel, un cliquetis, un bruit qui évoque un frottement ou tout autre son inquiétant, il sera préférable d'en arrêter au plus vite l'utilisation.

Si votre disque semble sain, mais qu'il ne monte pas sur le bureau, que vous avez effacé par inadvertance des données, ou encore après un formatage involontaire, l'emploi d'une solution comme Stellar Phoenix Mac Data Recovery Professional sera alors intéressante, avec de bonnes chances de retrouver vos informations.


Installation et réglages


L'installation débute par le téléchargement d'un fichier de 17 Mo, Stellar Phoenix Mac Data Recovery Professional occupera ensuite moins de 30 Mo sur votre disque. Après avoir renseigné votre numéro de série et validé votre achat, le soft vous proposera de passer par l'onglet « settings ».


Il sera alors possible de choisir à partir de quelle taille le soft prendra en compte vos volumes, de choisir les formats de fichiers à rechercher en priorité (AIFF, PDF, docs Office etc ), et même de proposer sous forme d'une dizaine de fichiers témoins à glisser sur la fenêtre, certains formats plus exotiques.


Analyse et récupération


La première page que vous rencontrerez ensuite vous demandera de choisir les catégories d'informations à rechercher parmi les documents, les mails, les vidéos, l 'audio, ou encore les photos. Vous pourrez aussi laisser le bouton « Recover Everything » sur on, ce qui incluera l'ensemble des formats cochés précédemment dans les paramètres.


Il ne restera plus qu'à choisir le volume à analyser, avec une option si le volume en question n'apparait pas spontanément dans la liste, puis le niveau d'analyse normal ou le « Deep Scan », prenant plus de temps, mais plus minutieux.


Une fois le choix effectué, l'analyse à proprement parler débute. Sa durée dépendra de l'espace à analyser, de la taille et du nombre des fichiers, de la vitesse du disque, de son état de santé, mais aussi de la performance du logiciel. A titre d'exemple, sur un disque sain de 2 To formaté de frais pour l'occasion, l'opération a pris moins de 6 minutes (légèrement plus d'une heure et demi en Deep Scan), avec à la clef la récupération intégrale des fichiers présents sur le disque avant le formatage. Le soft de Stellar Phoenix semble bien optimisé et sa rapidité dans l'exercice de l'analyse préalable est impressionnante.


L'opération a été répétée de nombreuses fois avec différents supports, l'analyse a toujours été extrêmement rapide. La récupération n'est bien entendu pas terminée à ce stade, il faudra patienter pendant la copie des fichiers scannés vers un autre volume disposant d'un espace suffisant.


High Sierra et les volumes formatés en APFS


Stellar Mac Data Recovery Professional est officiellement capable de travailler sur les volumes formatés en HFS, HFS+, NTFS, FAT et exFAT.

Dire que l'arrivée du nouveau format APFS venant remplacer l'antédiluvien HFS+ avec High Sierra à contrarié les développeurs de logiciels gérant les disques sur macOS, est en dessous de la vérité. D'ailleurs de nombreux titres ne sont pas encore capables de gérer correctement ce nouveau format, l'outil intégré de macOS n'étant lui même pas d'une stabilité à toute épreuve.

Pour l'occasion, Stellar Phoenix prend le taureau par les cornes en proposant une page dédiée au nouveau format de Cupertino, indiquant clairement qu'il est tout à fait possible d'effectuer une analyse puis de récupérer des données stockées sur un disque en APFS. Le mode « Deep Scan » sera toutefois automatiquement activé dans ce cas. Différents tests nous permettent de confirmer le bon comportement de l'application dans ces conditions. Gageons que les particularités de l'APFS seront encore mieux gérées dans les itérations à venir du logiciel, et que le format sera rapidement officiellement supporté.

Si vous comptez analyser la partition de démarrage de votre mac sous High Sierra, il faudra au préalable désactiver la protection SIP en suivant le didacticiel, pensez toutefois à remettre en place la protection intégrée à macOS 10.13 une fois l'installation terminée.




Différentes versions, tarifs et conclusion


Stellar Phoenix Mac Data Recovery est disponible en trois versions. L'édition Professional essayée ici coûte 99 $, la Platinum ajoute quelques options comme la possibilité de réparer un disque corrompu, ou de créer une clé USB Bootable, le tout pour 199 $. La version Technician apporte une licence fonctionnant sur de multiples postes contre 299 $. Une promotion propose actuellement d'acquérir la Platinum à 129 $ et la Technician à 199 $. Une version bridée de démonstration est aussi disponible au téléchargement sur le site officiel.



Le logiciel de Stellar Phoenix devra croiser le fer avec une flopée de solution concurrentes, comme Disk Drill ou Data Rescue, entre autres. Toutefois peu sont annoncées comme compatibles avec macOS Sierra et ses volumes en APFS. De plus, le suivi offert par l'éditeur prouve le sérieux de l'entreprise, et la rapidité du logiciel pourrait s'avérer décisive au moment du choix d'un soft de récupération performant et fiable, capable de gérer l'ensemble des formats disponibles.

  • Ergonomie
  • Design
  • Réactivité
  • Fonctionnalité
Les Plus : • Réputation de sérieux de l'éditeur
• Rapidité de l'analyse
• Fonctionne avec les volumes en APFS
Les Moins : •Nécessite de désactiver le SIP sous High Sierra pour accéder au disque de démarrage
Configuration : • macOS 10.13, 10.12, 10.11, 10.10, 10.9, 10.8, 10.7, 10.6
• CPU Intel
• 1 Go de RAM
•50 Mo d'espace de stockage disponible
Prix : 99 $ pour l'édition standard
199 $pour l'édition Platinum (129 $ en promo)
299 $ pour l'édition Technician (199 $ en promo)
4/5

Un groupe d'employés de Google participant à l'incubateur interne Area 120 a lancé une nouvelle application pour apprendre les bases de la programmation : Grasshopper by Area 120.



Très simple à prendre en main, elle propose des quizz et des challenges afin d'apprendre les rudiments du code en Javascript. Son idée est de vous permettre de réaliser quelques petits exercices pendant vos moments de « pause », de rendre ces instants productifs au lieu de les perdre sur les réseaux sociaux.

On progresse de challenge en challenge en suivant des consignes simples. L'application comprend actuellement 3 series de leçons qui balaient les bases du codage : les fonctions d'appels, l'utilisation de variables et d'objets etc. Dès le premier exercice, il est proposé d'entrer dans le vif du sujet et de jouer directement avec le code . Pas de bla-bla superflu mais de la pratique ludique.

L'application est entièrement en anglais mais facilement compréhensible. Vous pouvez programmer des rappels à intervalles réguliers histoire de ne pas oublier de faire vos exercices si vous souhaitez être assidu.

Grasshopper by Area 120 est gratuite sur iPhone.

Alors que l'arrivée des Mac ARM est sur toutes les lèvres -et sera peut-être même évoqué à la WWDC- voilà que Tim Cook offre des propos plus "conservateurs" à un journaliste, qui l'a interrogé sur une éventuelle fusion entre iOS et macOS.

Peter Wells a rencontré le CEO d'Apple lors d'un événement à Chicago, où ce dernier s'est livré à quelques confidences, qui font mouche à un gros mois de la WWDC. Il faut dire que Tim Cook a souvent déclaré à la presse qu'il utilisait son iPad comme « ordinateur principal », des déclarations qui inquiétaient de nombreux fans des ordinateurs de la marque. Ce sentiment a été renforcé par les dernières publicités autour de l'iPad Pro, qui se prenait littéralement pour un MacBook.

« J'utilise généralement un Mac au travail, et j'utilise un iPad à la maison [...] et j'utilise toujours l'iPad quand je voyage. Mais j'utilise tout et j'aime tout. » conclut Tim Cook qui ne veut froisser aucune gamme de produit (sic). L'ordinateur reste donc son outil de travail principal, comme bon nombre de personnes finalement.



Wells met alors carrément les pieds dans le plat : avec l'arrivée d'ARM, beaucoup imaginent plutôt l'arrivée d'une version d'iOS plus élaborée, que d'aller porter macOS sur une nouvelle architecture. Mais Cook semble fermer la porte à une sorte de « superOS » pour les rassembler tous : « Nous ne croyons pas à la dilution de l'un dans l'autre. Les deux [Le Mac et l'iPad] sont incroyables. L'une des raisons pour lesquelles les deux sont incroyables, c'est parce que nous les avons poussé à faire ce qu'ils font de mieux. Et si vous commencez à fusionner les deux ... vous commencez à faire des compromis et encore des compromis. »

Et d'ajouter qu'un tel OS serait, certes, plus simple à gérer pour Apple, mais que ce n'est pas leur choix premier : « Alors peut-être que l'entreprise serait plus efficace à la fin de la journée. Mais ce n'est pas ce dont il s'agit. Vous savez qu'il s'agit de donner aux gens des choses qu'ils peuvent ensuite utiliser pour les aider à changer le monde ou exprimer leur passion, leur créativité. Donc, cette fusion dont certaines personnes sont obsédées, je ne pense pas que c'est ce que les utilisateurs veulent. »

macOS et iOS resteront donc -à moyen terme, du moins- deux systèmes distincts, on ne peut être plus clair.

Source
Voilà qui devrait fournir un argument pour ceux qui conservent de multiples cartons à la cave (enfin surtout vis-à-vis de leur entourage) ! En effet, la dernière update de l'app d'eBay permet de scanner les codes barres des produits pour aider à la rédaction et la mise en ligne des annonces.

Dans l'application, figure désormais une icône « code à barres » au moment de la description de l'objet. Un simple scan suffit pour identifier ce dernier dans la base de données, de préremplir les champs requis (marques, modèles, etc.) et même fournir un prix conseillé sur la base des ventes passées.

Mais cette fonction ne bloquera pas la possibilité de modifier soi-même les informations (et surtout le prix). Et à défaut de conserver les cartons, on peut aussi ne garder que les étiquettes et les nomenclatures...



Nous vous en parlions lors de leur passage remarqué au dernier CES (Innovation Award), puis au NAMM, les petits frenchies d'Enhancia passent haut la main l'épreuve du financement participatif.

Avec 79 657 $ récoltés sur les 61 892 $ -soit 50 000 €- requis pour que ce projet « tout ou rien » voit le jour, la bague MIDI, récemment nommée « Neova », semble séduire la communauté des musiciens. Enhancia propose désormais une solution complète composée d'une base, d'une bague, et d'un plugin répondant au doux nom de « Plume ». La société promet une compatibilité complète de Neova avec les principales DAW du marché, dont Logic Pro X, Ableton, ou Pro Tools.


Le dispositif permet, en captant les mouvements de votre main, de contrôler des effets audio, ou des instruments virtuels. Cinq grandes familles de gestes seront reconnues, le vibrato en mimant l'effet à l'aide de votre main, le bend via une impulsion latérale, le tilt sur l'axe vertical, la vague, et enfin le roll. Une autonomie de huit heures est avancée, ce qui devrait tout de même permettre de longues sessions d'utilisation.

L'objet a été imaginé par Damien Le Boulaire, fondateur et dirigeant d'Enhancia : « Il y a quelques années, j'ai travaillé sur un concept d'interface conçu dans le but de faire de l'éveil musical avec des enfants handicapés. J'ai dû faire face à cette grande question: comment augmenter les capacités d'une personne pour que chacune de ses intentions devienne un son? La réponse remettait en question l'importance du mouvement dans la musique pour lui donner un sens. Nous avons finalement trouvé que la solution réside dans les détails. Poussés par le désir de repousser les limites de l'interaction musicale, nous avons cherché un moyen d'augmenter les capacités des artistes. Nous avons donc imaginé une interface qui ne remplacerait pas un instrument, mais qui compléterait plutôt un instrument, une interface qui interprète chaque micro-geste pour leur donner du sens, Neova.  »

L'auteur du design de la Neova n'est autre que Fabien Deboves, dont les faits d'armes comportent des collaborations avec Arturia ou Devialet. L'offre « Super Early Bird » à 175 € est désormais épuisée. L'option«  Early Bird » à 210 € vous permettra tout de même de recevoir votre Neova avec une ristourne de 40 %, et de disposer du plugin Plume gratuitement. D'autres packs plus coûteux ajoutent SWAM Cello et SWAM Saxophone, afin de contrôler ces instruments d'un simple geste.

Vers la page Kickstarter de la bague MIDI Neovza d'Enhancia

James Comey, ex directeur du FBI, a sorti récemment un livre dans lequel il tacle principalement Donald Trump -qui l'a démis de ses fonctions- mais l'ouvrage contient également quelques belles feuilles sur la petite guerre livrée entre le Bureau et Apple, au moment de l'affaire de San Bernardino.

Pour Comey, tout a commencé par les révélations d'Edward Snowden, qui ont poussé les criminels à revoir leurs façons de communiquer. « Avant que je devienne directeur du FBI, Edward Snowden, un entrepreneur de l'Agence de sécurité nationale, a volé une énorme quantité de données classifiées sur les activités de la NSA et a ensuite partagé une très grande partie de ces données avec la presse. La conséquence de ce vol est qu'il a porté un coup dévastateur à la capacité de notre pays à recueillir des renseignements. Une autre conséquence est que, dans l'année qui a suivi ces révélations, des esprits peu reluisants à travers le monde ont commencé à transmettre leurs communications avec des appareils protégés par un chiffrement très élevé, contrecarrant la surveillance du gouvernement, y compris le type de surveillance électronique autorisée par le FBI. Nous avons alors observé que les réseaux terroristes que nous surveillions depuis longtemps étaient devenus bien plus opaques, ce qui est effrayant. »



Mais la suite est tout aussi intéressante. Pour Comey, la principale différence entre des firmes comme Apple et le FBI, vient du degré de perception de l'environnement. Pour la faire simple, il estime que son service a une vision bien plus « sombre » des bas-fonds de l'humanité, et que cette vision est assez lointaines du monde « ensoleillé » de la Californie, où vit Tim Cook et ses équipes : « La fracture entre le FBI et des entreprises comme Apple peut s'expliquer, dans une large mesure, par la façon dont chacun voit le monde, et les limites de chacune de ces perspectives. Et, franchement, il n'y a pas beaucoup d'écoute des deux côtés. Les dirigeants des entreprises de technologie ne voient pas la noirceur du monde dont le FBI a accès. Nos journées sont remplies par la traque de personnes qui planifient des attaques terroristes, blessent des enfants et se livrent au crime organisé. Nous voyons l'humanité de la façon la plus dépravée, jour après jour. Des actes horribles et impensables, voilà ce que les hommes et les femmes du FBI vivent, sentent et tentent d'arrêter. J'ai trouvé épouvantable que ces types des firmes technologie ne puissent pas voir cela. Je plaisantais souvent avec l'équipe du FBI chargée de chercher des solutions: «Bien sûr, que les types de la Silicon Valley ne voient pas l'obscurité, ils vivent là où il fait beau et tout le monde est riche et intelligent. »

Pour lui, ce n'est « ni au FBI ni aux sociétés tech » de traiter le problème, mais plutôt au « peuple américain ». Il affirme qu'Obama a traité le problème trop tardivement et a quitté son bureau avant de pouvoir proposer une solution. « Malheureusement, le président Obama a manqué de temps. Bien que l'administration ait fait quelques progrès sur la question, y compris l'élaboration d'une démo technique pour montrer qu'il était possible de construire des dispositifs mobiles sécurisés tout en permettant aux juges d'ordonner l'accès dans les cas appropriés, sans décider quoi faire ensuite, y compris s'il faut revoir une législation ou une réglementation quelconque. »



Via
Comme il fallait s'y attendre, les services anti-trust de l'UE sont sur le sentier de la guerre, et ne sont pas près de lâcher les multinationales étrangères (américaines). Ainsi, la Commission vient d'annoncer que l'enquête sur Google, et surtout la manière donc le groupe utilise le système Android pour placer ses publicités, avance.

« Nous avançons dans nos deux affaires impliquant Google, à la fois l'affaire Android et l'affaire AdSense, » a déclaré Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la concurrence, aux législateurs européens. Mais certains opposants se montrent particulièrement virulents comme le député Ramon Tremosa qui demande carrément le démantèlement du groupe.

Les investigations ont commencé en 2015, à la suite d'une plainte
déposée par FairSearch. Selon un document publié en 2016 par Reuters, l'autorité européenne envisageait, à ce moment, une sanction financière exemplaire (et lui ordonner la cessation des comportements illicites, dont l'installation par défaut de ses logiciels). Rappelons que le groupe a déjà été condamné à une amende record de 2,4 milliards d'euros pour concurrence déloyale.



Source
Non contents de leur apprendre à jouer aux échecs et à cuire des nouilles, les scientifiques ont récemment créé des robots capables d'assembler un meuble Ikea après en avoir analysé les plans de montage.

Cette faculté, qui demande de réaliser des mouvements complexes et de repérer les différentes pièces dans l'espace, mais aussi les petites perforations dans lesquelles insérer les vis, été récemment offerte à deux bras robotisés bardés de caméras 3D et de capteurs de pression, lesquels ont bien entendu comparé leurs performances avec deux adversaires en chair et en os.



Avant de débuter l'assemblage, les deux robots ont dû identifier et photographier les différentes pièces, puis analyser le plan de montage et enfin planifier chacun des mouvements qui seront réalisés en évitant d'éventuelles collisions. Les capteurs de pression ont ensuite permis de guider dans les tâches plus précises, comme l'insertion des vis dans les perforations.

Au total, le montage d'une chaise a été achevé en une vingtaine de minutes (soit 50 secondes de plus que les binômes humains), dont un plus de 11 minutes de planification et quasiment 9 minutes d'assemblage.

Source
C'est un phénomène récurrent mais tout à fait classique à cette période de l'année : Apple teste les premières betas internes des prochains systèmes destinés au Mac et à ses produits iOS, qui seront présentés à la WWDC début juin.

iOS 12 et macOS 10.14 commencent donc logiquement à apparaitre dans les logs des sites internet, les ingénieurs surfant forcément sur les sites dédiés à la marque pendant leurs heures de travail (!). Sur Mac4Ever, on a donc quelques traces de ces deux systèmes, qui se sont intensifiées ces dernières semaines :



Chez 9to5, plus proche encore des labos de Cupertino, et surtout, de langue anglaise, ces données sont bien plus denses, et démontrent également une intensification de la présence des betas sur leurs pages :



Pour être tout à fait franc, on avait espéré que, devant la « tollé » d'High Sierra, Apple proposerait peut-être un temps-mort cette année, histoire de remettre macOS sur les rails de la stabilité. Apparemment, il n'en est rien... Reste donc à trouver un nom à ce prochain système. « Very High Sierra » ?

Source
Même s'il se targue d'être dans son bon droit, Qualcomm ne va pas très fort en ce moment. En effet, la fondeur vient de confirmer hier un plan de licenciements pour raisons économiques (a priori 1500). Ce dernier s'inscrit dans le cadre des mesures de réduction des coûts déjà annoncées en janvier. La firme se bat pour rester à flot après avoir été malmenée par la tentative d'OPA hostile lancée par Broadcom, les enquêtes gouvernementales multiples dans les pratiques commerciales mais surtout sa bataille juridique prolongée avec Apple. [Source]
partage email
A l'approche du Festival de Cannes, les tensions ressurgissent concernant la chronologie des médias (le fameux délai entre la sortie en salle et celle en vidéo ou en streaming). Françoise Nyssen, la ministre de la culture, vient d'annoncer une nouvelle mesure pour lutter contre le piratage des films sur Internet.

Elle envisage, effectivement, de black-lister les plateformes de streaming non autorisées, en fonction d'informations transmises par la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI). Ces listes seraient mises à jour très régulièrement et permettraient aux professionnels -comme les fournisseurs d’accès, les moteurs de recherches ou encore les annonceurs- de bloquer leur accès et leur référencement

Cette décision répond à une demande très motivée de treize organisations de la profession et de trois chaînes de télévision (Canal+, M6 et TF1) qui avaient sollicité la prise de mesures concrètes contre cette pratique illicite. Selon eux, le préjudice est réel et cette dernière représenterait tout de même quelques 1,3 milliard d’euros de pertes annuelles, rien qu'en France.



Source
Les actions Apple ont chuté de 1,7% dans les transactions hors cotation. Rien de bien alarmant dans le monde de la Bourse si ce n'est que cette baisse serait en lien avec les dernières annonces de TSMC. Le sous-traitant d'Apple vient de communiquer ses premières estimations financières pour le deuxième trimestre. Pour autant, selon CNBC, le taïwanais devrait engendrer environ un milliard de dollars de moins que ce qui est attendu. Ses revenus seraient donc compris entre 7,8 milliards de dollars et 7,9 milliards de dollars. Rappelons que la firme fournit les puces des iPhone et des iPad. Elle explique cette situation par la baisse générale de la demande de smartphones mais également par les réticences en matière de crypto-monnaie, un domaine où elle intervient également. [Source]
Accéder aux archives des news
     

Conseils d'achat

  • Macintosh

  • iPhone, iPad & iPod

iMac 27" 5k Indicateur orange Informations 06/2017 2099 € L'iMac 27" (Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3, GPU dédié et puces Kaby-Lake. On attend des modèles Coffee Lake (à 6 coeurs) d'ici le courant du printemps/été 2018.
iMac 21,5" 4k Indicateur orange Informations 06/2017 1499 € L'iMac 21,5" (Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3, GPU dédié et puces Kaby-Lake. On attend des modèles Coffee Lake (à 6 coeurs) d'ici le courant du printemps/été 2018.
Apple TV 4k Indicateur vert Informations 09/2017 199 € L'Apple TV 4k est une petite évolution de l'Apple TV pour les téléviseurs 4k. Il gère le HDR, le HDMI 2a et tous les codecs récents. Si vous avez une télévision OLED 4k, il s'agit du modèle idéal. Son prix est raisonnable par rapport à la version HD, qui reste au catalogue.
iMac Indicateur orange Informations 06/2017 1299 € L'iMac 21,5" (non Retina) a été mis à jour le 5 juin 2017 avec Thunderbolt 3 et puces Kaby-Lake. On attend des modèles Coffee Lake (à 6 coeurs) d'ici le courant du printemps/été 2018.
iMac Pro Indicateur vert Informations 12/2017 5499 € L'iMac Pro est actuellement le Mac le plus puissant du marché. Il ne sera pas renouvelé avant une bonne année, sauf surprise. N'hésitez pas à consulter nos tests et nos vidéo avant de vous décider ! A noter qu'Apple va sortir un Mac Pro courant 2018 (ou 2019), donc si vous n'êtes pas trop pressé, il sera + modulaire...
Mac Mini Indicateur rouge Informations 10/2014 549 € Le Mac mini a été mis à jour fin 2014, avec quelques améliorations notables, comme Thunderbolt 2, WiFi ac. Son prix a également fortement baissé, mais au prix d'un boiter moins évolutif (RAM soudée) et d'absence de quadri-coeur. Actuellement, la machine est un peu vieillotte, et l'on vous déconseille de l'acheter, sauf pour de la petite bureautique. On espère vraiment qu'Apple renouvellera le Mac mini cette année... Regardez aussi du côté du Refurb, où l'on trouve régulièrement des modèles à partir de 459€ !
Mac Pro Indicateur rouge Informations 10/2013 3339 € Apple a annoncé un nouveau Mac Pro courant 2018 (voire 2019), plus modulaire et moins fermé que la version actuelle. Dans tous les cas, surtout n'achetez pas les modèles "tube" datant de 2013 et désormais assez dépassés.
MBP Retina 13" Indicateur orange Informations 06/2017 1499 € Le MacBook Pro 13" a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake. Une MAJ interviendra sans doute durant le printemps/été 2018 (avec des puces à 4 coeurs en vue !)
MBP Retina 15" Indicateur orange Informations 06/2017 2799 € Le MacBook Pro 15" a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake et de "nouveaux" GPU. Une MAJ interviendra sans doute durant le printemps/été 2018 (avec des puces à 6 coeurs en vue !)
MacBook Air Indicateur rouge Informations 06/2017 1099 € Le MacBook Air a été "mis à jour" le 5 juin 2017, avec des fréquences légèrement supérieures, mais aucune autre nouveauté. Attention ! Alors que l'on pensait la machine en fin de vie, une rumeur insistante évoque la sortie d'un MacBook Air "Low Cost" entre avril et juin.
MacBook Indicateur orange Informations 06/2017 1499 € Le MacBook a été mis à jour le 5 juin 2017, avec peu de nouveautés, en dehors du passage à Kaby-Lake. Une MAJ interviendra sans doute durant le printemps/été 2018.
Apple TV 2015 Indicateur vert Informations 10/2015 159 € L'Apple TV 2015 est sortie fin 2015 et Apple le garde au catalogue malgré l'arrivée de la version 4k. Avec en prime, une petite baisse de prix ! Si vous n'avez pas de TV 4k, cela reste une bonne affaire.
Téléchargez nos
applications mobiles
À découvrir sur Mac4Ever
b 1  b 2 
Mon Mac4Ever
Pour participer, vous devez être identifié.
Si vous ne possédez pas de compte, vous pouvez en créer un gratuitement !
Identifiant :
Mot de passe :
Sondage
Pour vous, les Mac sous ARM...
1643 votes
app
  • Nouveautés

  • Gratuites

  • Payantes

A propos | Mentions légales | Infos Cookies | Contacts | Emploi | RSS | Apps