Par Didier A+  A-   13/07/2016 - 14:18
Apple en entreprise : le regard de Guillaume Gete après 10 ans de consulting
Guillaume Gete mange de la Pomme depuis 1994, et l'on avait pris l'habitude le croiser à chaque Apple Expo, du temps où Apple était encore un petit constructeur d'ordinateurs et où son avenir était aussi incertain qu'un match France-Allemagne.

Il y a 10 ans, Guillaume créait Gete.net Consulting, une TPE spécialisée dans ce qu'il sait faire de mieux : du consulting autour du Mac, des serveurs et des outils made in Cupertino. Parti pour installer des serveurs dans de grandes sociétés, il aura finalement été le témoin de l'abandon des Xserve et de la mutation de la société vers une activité plus mobile et d'avantage tournée vers le grand-public.

Nous avons profité de cet anniversaire pour évoquer ensemble sa vision d'Apple en entreprise, avec ses forces et ses faiblesses. Interview.

En 10 ans, quel bilan dresses-tu de l'implantation d'Apple en entreprise ?

Positif ! La demande d’intégration du Mac est constante, la plupart des grosses structures ont fait d’énormes efforts pour intégrer le Mac en tant que poste client, et évidemment l’iPhone et l’iPad ont le vent en poupe (même si ça pourrait toujours être mieux). Je travaille de plus en plus avec les Apple Store, et on constate que l’activité pro se porte très bien. Et la plupart de mes confrères ont également pas mal de travail, donc ça semble indiquer plutôt confirmer mes propos.

La grosse déception, c’est évidemment la partie serveur. En 2006, mon business plan intégrait clairement Mac OS X Server et le Xserve, ou encore Xsan comme des axes de développement forts. Malheureusement, sur ces domaines, Apple a considérablement réduit la voilure, là où on espérait plutôt un envol de la plate-forme. La partie serveur reste, mais elle a été sévèrement amputée. Et c’est dommage, car si le Xserve a plutôt failli en visant trop haut, il reste clairement un marché pour un petit serveur capable de concurrencer des solutions de type Synology. Il ne manquerait pas grand chose…



Comment ont évolué tes activités ? Quelles ont été les plus gros changements ces 10 dernières années ? Les demandes les plus courantes en 2016 ?

Au début de mon activité, je pensais avoir des ambitions au sein de grandes entreprises… et en fait, une grosse partie de mon activité reste sur la PME/PMI. Ce n’est pas forcément mauvais, et ça permet de voir que les problématiques en terme de gestion ou de sécurité sont très variables.

Aujourd’hui, on a plus de demandes sur des solutions d’intégration capables de gérer Mac, iPhone et iPad. C’est pour cela que je m’investis beaucoup plus dans des solutions comme Casper ou Filewave.

L’autre grosse évolution, c’est évidemment le cloud… mais je suis assez partagé sur ce sujet. Certains services me semblent très bien adaptés au cloud, mais sur d’autres, j’ai beaucoup de clients qui en reviennent, ou qui préfèrent pour des raisons propres conserver leurs données en local. Du coup, je m’adapte.

L'activité serveur sur du matériel Apple a-t-elle vraiment encore un avenir ?

Oui… et non. Oui, car il y a des choses qu’on ne peut faire facilement qu’avec un OS X Server. Par exemple, difficile (même si pas impossible) d’avoir la compatibilité avec Spotlight sur des serveurs de fichiers non Apple. Mais si on peut s’en passer, on commence à trouver des solutions très séduisantes du côté du marché des NAS. Le problème avec ces derniers, c’est que si on veut faire tourner une application métier, comme du FileMaker Server, on est rapidement bloqué. Moi, par exemple, je suis assez fan de solutions comme Kerio Connect pour la gestion de la partie messagerie/contacts/calendriers, et ça ne tourne pas sur un NAS classique : il faut un vrai serveur derrière.



Depuis la sortie de l'iPhone, on a l'impression que le monde "Mac" professionnel intéresse beaucoup moins Apple. C'est aussi ton sentiment ?

Tout dépend de ce qu’on appelle le professionnel… et c’est un problème général dans l’industrie. Il y a cinq ans, quand l’iPad est sorti, on disait « ce n’est pas un outil professionnel, car il n’y a pas Office ». Depuis, Office est sorti, et… ce n’est toujours pas un produit professionnel, pour une raison ou une autre. Mais pour beaucoup de gens, c’est l’outil idéal : léger, mobile, stable, sans la complexité informatique habituelle… à condition d’avoir les applications adaptées. Mais là encore, le cloud change la donne, l’émergence d’outils comme Google Docs permet de s’affranchir de Microsoft Office.

En fait, ça m’emmerde profondément, ce côté « y’a pas tel logiciel qui tourne dessus, donc ce n’est pas pro ». Ce qui est professionnel, c’est le *résultat*. Ce n’est pas l’outil. Tiens, tu savais par exemple que dans les années 2000, sur le Dakar, les vidéos dans le journal de France 2 étaient montées… sur iMovie ? Parce que finalement, l’ensemble acquisition/montage/diffusion était beaucoup plus simple à appréhender que sur Final Cut Pro (true story bro). As-tu pour autant déjà vu des gens écrire à France 2 parce que les vidéos avaient été montées sur iMovie et que ça se voyait à l’écran ? Moi, j’aurais tendance à dire par exemple que Powerpoint est tout sauf professionnel : c’est un logiciel puissant, mais mal gaulé dans son approche de la présentation (j’ai beaucoup écrit sur le sujet sur mon blog), et qui est capable de te pourrir une présentation après un crash, là où la fonction de Versions intégrée aux produits Apple est juste géniale. On préfère utiliser Powerpoint par habitude, pas par efficacité. Sinon on serait déjà tous passés sur Keynote depuis longtemps.

A l'inverse, Apple s'investit beaucoup côté iOS, avec différents partenariats (IBM notamment). Est-ce la bonne approche ?

Un iPhone est aujourd’hui tout aussi, voire plus puissant qu’un Mac. Oh, pas en terme de puissance brute de processeur (et encore, la différence se réduit de jour en jour). Mais en terme de capteurs ou capacités sur le terrain de la mobilité, par exemple, un iPhone écrase le meilleur des Mac. Le pire, c’est qu’on n’arrive plus à être satisfait, alors qu’on a un appareil capable de se connecter au bout du monde pour diffuser de la vidéo en 4K en temps réel. Et on fait la fine bouche parce que le capteur n’est pas aussi génial que celui d’un DSLR. D’un certain côté, c’est presque navrant :-)



Et en terme de gestion de parc, Apple a eu le nez creux en poussant la gestion de profils de configuration, l’intégration à des solutions serveurs Microsoft Exchange ou au sein de solutions de gestion de mobilité (les fameux MDM).

Donc, oui, les partenariats avec IBM, SAP & co sont pertinents, parce que ce sont des entreprises qui ont déjà le pied dans toutes les grosses entreprises, avec un support dédié. Ça ne peut que rassurer ces dernières.

Quels sont les secteurs où tu as vu Apple disparaitre ? Et au contraire, prendre des parts de marché ?

Le marché photo et vidéo, évidemment, même si pour Aperture, la disparition a pu se faire à l’avantage de Lightroom, qui tourne toujours sur Mac. En revanche, pour Final Cut, c’est à mon avis bien plus compliqué. Et c’est dommage, car c’était une super solution. Mais Apple l’a tuée en forçant Final Cut Pro X qui n’était pas prêt, en refusant de continuer à vendre Final Cut Pro 7 durant le temps de la migration. Ils ont eux-même avoué que c’était une erreur.

Quels sont les erreurs généralement commises par les PME lorsqu'ils souhaitent investir dans du matériel Apple ?

Mon plus gros combat concerne la sécurité. Apple a tellement vendu le fait que le Mac était plus sûr que Windows, que les PME pensent souvent être à l’abri de problèmes de sécurité pourtant simples à corriger. Tu n’imagines pas le nombre de postes où le mot de passe est identique, avec un utilisateur sans mot de passe, administrateur du poste par défaut… Et là, c’est plus un problème d’éducation à faire qu’autre chose. Idem pour l’antivirus, qui aujourd’hui n’est plus optionnel. Les alertes pour les machines Apple sont régulières. Tu n’imagines pas non plus le nombre de Mac que je vois avec un malware installés chez mes nouveaux clients (un poste sur dix environ est touché par un malware/adware).



Et puis, le Mac n’est pas forcément adapté à tous les usages, et j’ai parfois fait des audits où la réponse à la question « peut-on migrer sur Mac » était juste « Non », pour des raisons techniques ou de support technique. Il ne faut pas migrer sur Mac parce que les Mac sont jolis : il faut que la migration ait un sens.

Récemment, on imaginait (sans grand espoir) un système de licences pour faire tourner macOS sur des PC (ou des serveurs). Ça te semble totalement hors de propos ?

Je ne vois juste pas ce qu’Apple aurait à y gagner. Grosso modo, ça ne concernerait qu’une frange limitée d’administrateurs informatiques, qui auraient tout intérêt à faire tourner un Linux ou un Windows Server. On en est quand même aujourd’hui au point où Apple donne son système à ses clients et vend son serveur moins de 20 euros. Quel intérêt de vouloir recréer un système de licences hyper complexe à la Microsoft, pour ne plus vendre de hardware, là où elle fait historiquement ses marges ? Ce n’est pas le public d’Apple, ce n’est pas son intérêt.

Ce qui est en revanche amusant, c’est de constater qu’elle a cessé de faire la guerre aux Hackintosh, ou qu’elle a par exemple embrassé totalement le modèle des beta publiques alors qu’à l’époque de Tiger, par exemple, la moindre capture d’écran d’une beta te valait un courrier du service juridique dans les 24 heures. L’Apple de Tim Cook est une entreprise infiniment plus ouverte que celle de Steve Jobs (on abordait le sujet récemment dans 3 hommes et un podcast).



Quels sont aujourd'hui les plus gros manques dans l'écosystème Apple en entreprise ?

Une machine serveur, évidemment ! Ou plutôt, un Mac mini sous stéroïdes. Tiens, il existe des boitiers pour ajouter des cartes d’extension PCIe dans un Mac mini via Thunderbolt. Si Apple nous sortait une machine qui fasse ça en natif, je serais le plus heureux des admins Mac.

Ah, et un initiateur iSCSI. C’est un logiciel super pratique pour monter un réseau de type SAN, Windows l’intègre de façon native, sur OS X, ça reste un produit payant assez cher. Le pire c’est qu’il a existé dans une version beta d’OS X il y a longtemps, mais il a disparu aussi vite.

Enfin, si Apple pouvait lancer un nouveau système de fichiers… OH, mais oui, ça arrive l’année prochaine, joie !

Si tu avais un conseil à donner à Tim Cook pour améliorer ton secteur d'activité, ce serait... ?

Tim, s’il te plait : mets à jour ton matériel plus régulièrement. Là, on est un peu malheureux avec notre vieux Mac Pro.

Merci Guillaume !


http://www.gete.net/consulting/
Version : Classique | Mobile