Par Arthur A+  A-   30/12/2017 - 15:59
Test de l'enceinte RIVA Arena (WAND Series)
Après les petites RIVA S, que nous avions testées il y a quelques mois, RIVA Audio lance cette année ses nouvelles enceintes « Wand Series », les modèles « Arena » et « Festival », multiroom, nomades et proposant une large compatibilité avec les différents appareils et services de diffusion en streaming.

« Aujourd’hui les audiophiles désirent écouter une musique de qualité aussi proche de l’expérience Live que possible. Ils veulent pouvoir transporter leurs enceintes n’importe où, et les utiliser avec le plus grand nombre de sources audio sans restriction. Avec la WAND SERIES nous avons décidé de réunir le meilleur de ces mondes et d’offrir un produit unique » expliquait Rikki Farr, le président de RIVA Audio, au lancement de ces nouvelles enceintes.



Présentées au dernier CES, où elles ont été décorées d'un « Innovation Award  », les « Wand Series » promettent de diffuser un son stéréophonique haute résolution jusqu’à 24-bits/192kHz, et peuvent créer un réseau ad-hoc sans connexion directe au Wifi pour diffuser de la musique sur 32 enceintes simultanément et sans latence acoustique.

En vente au prix public de 269€ et 540€, ces nouvelles enceintes aspirent à devenir des références sur le marché et avancent pour cela de sérieux arguments, suffisants pour justifier un tel positionnement ? Après avoir pu tester quelques semaines la RIVA Arena, voici un récapitulatif des qualités et défauts de la petite dernière du constructeur.

Un look classique et de belles surprises

Du haut de ses 18 centimètres, la RIVA Arena est déclinée en noir/titane et blanc/argent, et rappellera probablement à certains la silhouette de la Play:1 de Sonos, avec un boitier aux angles arrondis entouré d'une grille derrière laquelle sont dissimulés plusieurs haut-parleurs.

On retrouve au sommet de l'enceinte les différentes commandes physiques, réunies autour d'un bouton central, lui-même cerclé de LEDs. Cinq boutons au total dont les fonctions premières sont dédiées aux contrôles musicaux (lecture/pause, morceau précédent, morceau suivant, augmenter le volume, baisser le volume) et qui peuvent également être utilisés pour changer de mode d'appairage ou réinitialiser l'appareil.

Ces touches, qui portent des inscriptions en braille, sont complétées par un anneau de LED indiquant l'état de la connexion réseau, le type de source audio ou l'installation d'une mise à jour sur l'enceinte.



La grille dissimule quant à elle « 3 haut-parleurs ADX propriétaires et 3 radiateurs passifs qui reproduisent plus du spectre musical que tout autre produit comparable », offrant une belle sensation d'espace pendant la diffusion et parvenant presque à faire oublier que le son ne sort que d'une seule enceinte.



On découvre également à l'arrière de l'enceinte une entrée auxiliaire mini-jack, ainsi qu'un port USB pouvant être utilisé pour diffuser de la musique ou recharger les accus de ses appareils mobiles. Le constructeur précise à ce sujet que la prise « ne supporte pas la charge des périphériques iOS », cependant nous avons réussi à l'utiliser sans aucun problème pour remplir les accus de nos iPhone et iPad.

Le dos de l'enceinte comprend enfin un pas de vis pour une fixation murale, ainsi qu'interrupteur permettant de jongler entre les modes fixe, avec une connexion au Wifi domestique, et nomade, pour créer un nouveau réseau Wifi auquel se connecteront les appareils pour diffuser leurs listes de lecture.



Pour finir, la base comprend deux bandes de caoutchouc supportant les 1,36kg de l'enceinte, ainsi qu'un connecteur pour la batterie externe -quasiment indispensable à un usage en mobilité- planqué derrière un cache le protégeant des petites éclaboussures. Malgré cette petite sécurité, il reste fortement déconseillé d'utiliser l'enceinte près de liquides.


Et je monte le son !

En plus de ses connecteurs physiques, la RIVA Arena brille par sa compatibilité avec un grand nombre de plateformes de streaming et canaux de diffusion. L'enceinte peut ainsi envoyer du son depuis une source bluetooth, WiFi, AirPlay, DLNA, DDMS, Spotify (via Spotify Connect) ou depuis un appareil Chromecast.



Les RIVA Arena et Festival peuvent également être réunies pour une installation en multiroom, avec la possibilité de diffuser de la musique simultanément sur 32 enceintes maximum, le tout avec une latence nulle.

Compatibles avec les réseaux Wifi 2.4 GHz et 5 GHz, les enceintes apparaissent automatiquement dans la liste des appareils AirPlay disponibles, mais peuvent aussi être utilisées avec la plupart des smartphones, tablettes et autres baladeurs audio via une simple liaison bluetooth. Lors de nos tests, nous avons toutefois constaté quelques rares déconnections du Wifi, empêchant alors de faire surgir l'enceinte dans les appareils disponibles en AirPlay et obligeant à redémarrer cette dernière pour accrocher à nouveau le réseau domestique.



Les enceintes Wand Series souffrent toutefois d'une application assez peu engageante, voire même pénible à utiliser, si bien que l'on préfère s'en tenir à ses lecteurs habituels, lesquels disposent généralement d'un accès rapide à la diffusion sans fil, en bluetooth, AirPlay ou via Spotify Connect. Le constructeur nous a cependant promis qu'une refonte complète de l'app était dans les tuyaux, avec une interface plus intuitive et de nouvelles fonctionnalités, et devrait être distribuée en début d'année 2018.

À l'instar de la RIVA S, la RIVA Arena embarque de nombreux haut-parleurs, dotés de la technologie Trillium offrant un son stéréophonique dans chaque enceinte, avec ici une puissance de 50W et la prise en charge de l'audio haute résolution (jusqu’à 24 bits / 192 kHz). On notera cependant que la diffusion en haute résolution n'est pas possible sur les installations multiroom.



Concernant la qualité audio, l'Arena convainc assez rapidement et couvre une grande partie du spectre audio, avec une belle profondeur dans les basses et une bonne restitution des médiums, haut-médiums et aigus, malgré un son légèrement coloré, mais nettement moins marqué que sur les modèles de Bose, par exemple. Un mode « Puissance » permettra également de mettre en avant les grosses basses, pour le plus grand déplaisir du voisinage, et l'on gardera quel que soit le réglage choisi la possibilité de modifier le niveau de basses et d'aigus depuis l'app de Riva.

La prise en charge d'AirPlay facilite par ailleurs son utilisation sous -ou à côté- d'un téléviseur, en lieu et place d'un Home Cinema, ce qui n'offre certes pas le même rendu qu'une bonne barre de son ou qu'un système audio 5.1, mais reste bien plus agréable à l'oreille que le son des haut-parleurs du téléviseur.


Une enceinte pour la maison... mais pas seulement

En plus d'être une très bonne enceinte d'intérieur, la RIVA Arena peut facilement se muer en compagnon mobile, par le biais d'une batterie externe, vendue séparément au prix public de 110€, offrant une autonomie de 16 à 20 heures d'écoute.

Une fois la batterie branchée, l'enceinte crée son propre réseau Wifi, auquel pourront ainsi se connecter les smartphones et tablettes des utilisateurs souhaitant diffuser leurs morceaux. À l'aide d'un câble Lightning, les iPhone et iPad pourront en outre faire claquer les watts sans passer par un réseau sans fil, tout en chargeant leurs accus comme ils le ferait une batterie nomade.



Bien que l'enceinte ait droit à une application dédiée, ses réglages sont en partie gérés par l'utilitaire Google Home, lequel permet notamment d'installer la RIVA Arena sur son réseau domestique, d'en changer le nom ou encore de l'intégrer à des groupes compatibles Chromecast, pour une diffusion simultanée sur plusieurs haut-parleurs.

L'app RIVA Wand servira ensuite de télécommande pour la ou les enceintes « Wand Series » de RIVA, à condition de s'en tenir aux morceaux stockés dans la mémoire du téléphone ou de la tablette. L'ergonomie de l'app donnera toutefois rapidement envie de revenir à ses lecteurs musicaux fétiches. On garde cependant l'espoir que la prochaine mise à jour majeure de l'app de RIVA marque un nouveau départ et la rende enfin agréable à utiliser, après la sortie d'une nouvelle itération essentiellement corrective, et manquant encore de tutos en français.



Le compagnon officiel de la RIVA Arena reste en effet indispensable pour naviguer dans les morceaux stockés sur un support externe connecté à l'enceinte, ainsi que pour modifier le niveau des basses et des aigus.


Conclusion

Disponible en noir/titane et blanc/argent., l'enceinte RIVA Arena est vendue au prix public de 269€, un tarif assez élevé sur le marché des enceintes nomades, mais qui est justifié par une qualité audio supérieure, dans un format relativement compact, suffisamment de puissance sous le capot pour sonoriser un grand séjour et une large compatibilité avec différents appareils et services en ligne.

On notera par ailleurs que l'enceinte peut être obtenue à un tarif plus abordable chez MacWay, où elle est en vente pour seulement 199€.

La RIVA Arena brille également par sa capacité à lire un grand nombre de formats audio (WAV, MP3, ALAC, APE, FLAC, FLAC HD, HLS et WMA) et la possibilité de la transformer en enceinte nomade en y ajoutant une batterie, vendue 109€ (prix public) ou 79,99€ chez MacWay.

Lees amoureux de gros son pourront enfin se tourner vers la grande soeur de l'Arena, la RIVA Festival, vendue 540€ (ou 399€ chez MacWay), qui embarque également la technologie audio brevetée « Trillium » mais propose une puissance de 200 Watts.

  • Design
  • Qualité audio
  • Fonctionnalités
  • Rapport qualité/prix
Les Plus : • Son très bien équilibré
• Grande connectivité
• Puissance de 50W
• Compatible AirPlay
• Compatible audio haute résolution
• Possibilité de l'utiliser en mobilité (batterie en option)
• Possibilité de régler le niveau des basses et des aigus
Les Moins : • Application peu attrayante
• Quelques (rares) déconnexions du réseau Wifi
Prix : • Prix public : 269€
En vente à 199€ chez MacWay
4/5



Version : Classique | Mobile